200px-Charlemagne_denier_Mayence_812_814 © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

2014 – l’année Charlemagne à Aix-la-Chapelle

À l’occasion du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne, Olaf Müller, directeur de l’office culturel d’Aix-la-Chapelle, annonce la tenue de trois expositions qui auront lieu dans l’ancienne capitale carolingienne en 2014.

Lieux de pouvoir, L’art au temps de Charlemagne et Les trésors perdus seront les trois jalons de cette « année Charlemagne » célébrant la mort de l’empereur le 28 janvier 814. Aix-la-Chapelle, riche de nombreux vestiges architecturaux, accueillera près de soixante oeuvres disséminées à travers les plus prestigieuses collections. À l’époque située au coeur d’un vaste empire allant de Navarre en Bohème jusqu’en Toscane, la ville sera pour l’occasion tournée vers l’Europe dont elle sera la capitale culturelle en 2018, avec Maastricht.

Plaques de reliure du psautier de Dagulf, 783-795, Musée du Louvre, ©RMN

En 768, lorsque Charlemagne devient roi des Francs, son but est de réunir les différents royaumes éclatés durant la dynastie mérovingienne, son but étant de recréer un empire d’Occident sur des bases chrétiennes. Mais alors que les souverains mérovingiens se déplaçaient d’une résidence à l’autre, le choix d’édifier un palais à Aix révèle un changement de conception du pouvoir. Charlemagne ressent la nécessité de créer, selon le modèle antique, une capitale fixe, centre de l’administration territoriale. Il s’installe donc à Aix avec sa cour pour fonder une nouvelle Rome.

Construction d'Aix la Chapelle, Jean Fouquet, Grandes Chroniques de France, 1455-1460, BnF

Il fait donc bâtir un complexe palatial par un architecture du nom d’Eudes de Metz, qui conçoit l’ensemble selon un plan organisé en modules à la manières des villes antiques. Ce palais est composé de deux unités principales, une aula regia, au nord, basilique dans laquelle Charlemagne exerce ses fonctions officielles (reprenant le plan basilical venant tout droit de la Rome antique), et la chapelle, au sud. Ces deux modules sont reliés à l’ouest par une grande galerie interrompue en son centre par un porche monumental et une curie, et à l’est par une succession de bâtiments abritant les appartements de l’empereur et les services administratifs.

Complexe palatial d'Aix-la-Chapelle

Véritable Versailles avant l’heure, Charlemagne réunit ainsi tous les services en un seul et même lieu, et reflète l’image de son pouvoir. L’iconographie comme l’architecture présentent Charlemagne comme descendant direct de la Rome et de la Constantinople impériales. Cette entreprise de propagande est relayée par son école palatine, qui s’illustre à travers l’exécution d’Évangiles de très haut qualité, enluminés dans un style où dominent les influences de l’Antiquité tardive, tout comme l’utilisation de vestiges antiques pour l’édification de sa chapelle.

Saint Jean - Christ en majesté, Evangéliaire de Charlemagne, par Godescalc, 781-783 BnF

Aujourd’hui, il reste du vaste complexe palatial conçu par Eudes de Metz la chapelle (qui a subi quelques transformations) et quelques structures de la basilique, réintégrée dans un bâtiment du XVe siècle, l’hôtel de ville actuel. De nombreuses oeuvres issues de la brillante cour de Charlemagne, disséminées à travers le monde, rejoindront en 2014 leur foyer de création. Pour patienter, l’exposition virtuelle de la BnF permet de se replonger dans le faste de ces Trésors carolingiens.

Intérieur - Chapelle palatine, Aix-la-Chapelle

Pour en savoir plus : http://paris-planete.blogs.la-croix.com/cap-sur-lannee-charlemagne/2012/06/07/

One Trackback

  1. By 2014 - l'année Charlemagne à Aix-... 10 janvier 2014 at 7 h 48 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>