Carte de l'Europe - Liber Floridus © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Liber Floridus, une encyclopédie au XIIe siècle

Depuis le 30 septembre, le STAM – musée de la ville de Gand- expose l’un de ses manuscrits les plus précieux : le Liber Floridus (livre fleuri), encyclopédie écrite par le chanoine Lambert en 1121 au sein de l’abbaye Saint-Bertin de Saint-Omer (actuellement en Flandre).

Lambert écrivant, Liber Floridus

Le STAM a la chance de posséder le manuscrit autographe dans lequel Lambert décrit le monde, l’univers et la vie de l’homme tel que lui et ses prédécesseurs les connaissent. L’une des particularités de cet ouvrage réside dans les nombreuses cartes enluminées qui illustrent l’encyclopédie. Celles-ci sont en réalité des mappa mundi : des représentations cartographiques de l’histoire biblique. Généralement, on reconnaît que la plus ancienne carte d’Europe se trouve dans le Liber Floridus.

Carte de l'Europe - Liber Floridus

L’ouvrage traite en réalité de nombreux sujets, que Lambert aborde tout au long de 161 chapitres qui traitent de sujets cosmographiques, bibliques et historiques. La dimension eschatologique est aussi fortement présente, avec la représentation du Paradis et de la Jérusalem Céleste.

Paradis - Liber Floridus
Jérusalem Céleste - Liber Floridus

Ce manuscrit contient également un étonnant bestiaire où le lion côtoie animaux fantastiques et légendaires.

Bestiaire - Liber Floridus
Bestiaire - Liber Floridus

Le STAM de Gant expose donc le précieux ouvrage, entouré des sources qu’a compilé Lambert pour rédiger son encyclopédie, ainsi que des manuscrits contemporains du Liber Floridus. Cette manifestation prend place dans l’ancienne abbaye de la Bijloke et ses peintures murales du XIVe siècle; si le déplacement jusqu’à Gand s’avérait impossible, le STAM met en ligne la numérisation du Liber Floridus, afin de feuilleter à loisir l’incroyable manuscrit (clic sur l’image)

Signature "Lantbertus"

Liber Floridus (1121) – le monde entier dans un livre, STAM, Bijlokesite
Godshuizenlaan 2, Gent, du 30 septembre 2011 au 8 janvier 2012.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*