Copie de la Joconde, atelier de Léonard de Vinci, vers 1503-1516 - après restauration © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Au coeur de l’atelier de Léonard de Vinci : la Joconde du Prado

Depuis déjà quelques semaines, la redécouverte d’une des copies les plus anciennes de la Joconde au Prado fait les gros titres de la presse. Le musée a depuis, apporté de nombreuses et passionnantes informations au sujet de cet exemplaire aussi énigmatique que l’original.

Copie de la Joconde, atelier de Léonard de Vinci, vers 1503-1516 - après restauration

Une analyse poussée ainsi qu’une restauration, menées en collaboration avec le Louvre, révèlent en effet qu’il s’agit d’une copie provenant directement de l’atelier de Léonard. Les procédures engagées (radiographie, infrarouge…) ont mis en évidence le constat suivant : ce tableau est une copie fidèle de la Joconde, tant dans les couches superficielles que sous-jacentes! En effet, les dessins situés sous la peinture correspondent parfaitement aux corrections faites par le maître lors de la conception du tableau original. La copie a suivi le même processus, les mêmes évolutions, que la réalisation de la Joconde.

Copie de la Joconde, atelier de Léonard de Vinci, vers 1503-1516, avant restauration

Un copiste traditionnel aurait transcrit ce qu’il voyait en surface, or l’artiste qui a peint la version du Prado a peint les mêmes étapes, les mêmes éléments que Léonard. Il a corrigé la forme de la taille, la position des doigts, le contour du voile et de la tête, tout comme l’a fait le maître. La restauration a également fait apparaître un paysage en arrière-plan, semblable à ceux de Léonard. Le panneau du Prado a été peint en parallèle à la Joconde!

Etude comparative des dessins préparatoires (en haut l'original - en bas la copie) Cliché Musée du Prado
Etude comparative des dessins préparatoires (à gauche l'original - à droite la copie)

L’analyse chimique a également révélé des similitudes troublantes avec les oeuvres provenant de l’atelier de Vinci, notamment une préparation à l’huile de lin et au plomb et l’utilisation d’un panneau en bois de noyer, utilisé dans bon nombre d’oeuvres du maître comme la Dame à l’hermine, la Belle ferronnière ou encore Saint Jean-Baptiste.

Cette copie serait donc de la main d’un des élèves de Léonard de Vinci. Les historiens d’art écartent les fortes personnalités de Boltraffio, Marco d’Oggiono et d’Ambrogio de Predis, aux styles trop marqués. En revanche, cela pourrait correspondre avec le célèbre Salai ou Francesco Melzi qui sont les élèves les plus fiables de Léonard.

Pourquoi réaliser une copie en même temps que l’original? Quelle était la démarche de Léonard de Vinci en confiant cette tâche à l’un de ses élèves? L’hypothèse d’un atelier de reproduction est à envisager : cette oeuvre donne ainsi accès au processus de travail du maître. Cataloguée comme une copie du XVIe siècle, cette Joconde bis est aujourd’hui répertoriée sous l’appellation « atelier de Léonard de Vinci, vers 1503-1516 ».

Après sa restauration et son exposition au Prado, la copie rejoindra l’original au Louvre le temps de l’exposition consacrée à la restauration de la Sainte Anne de Léonard à partir du 29 mars.

À voir : les vidéos explicatives des conservateurs et restaurateurs, et les comparaisons avant – après restauration du Prado.

Source : Musée du Prado.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*