Crosse, Saint Michel terrassant le dragon, XIIe siècle © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Chefs-d’oeuvre romans à Poitiers

Les musées de Poitiers se sont associés le temps d’une exposition sur l’art roman en Poitou, entre l’an mil et le XIIe siècle. Véritable âge d’or pour Poitiers et sa région, cette période est ponctuée de nombreux chantiers de constructions : églises paroissiales, châteaux, abbayes, villes… qui voient l’éclosion d’un style nouveau : l’art roman. À la faveur d’un essor économique sans précédent, la région devient alors un foyer artistique de grande importance, encouragé par la commande des comtes de Poitiers, qui dès le Xe siècle acquièrent le duché d’Aquitaine et se retrouvent à la tête d’un des plus grands territoires du royaume de France.

Notre-Dame-la-Grande, Poitiers

L’exposition rassemble les vestiges de cet âge d’or au musée Sainte-Croix : divisée en deux parties, elle axe la visite dans un premier temps sur les chefs-d’oeuvre. Si bon nombre d’entre eux sont réunis au sein du musée, les autres sont encore visibles in situ : le visiteur n’a qu’un pas à franchir pour aller à Notre-Dame-la-Grande, Saint-Hilaire-le-Grand ou encore Sainte-Radegonde. La sculpture a la part belle, notamment grâce au chapiteau de la dispute, exceptionnel témoignage provenant certainement d’un des piliers de justice du bourg Saint-Hilaire ; il est à relier au mouvement de « la paix de Dieu » qui, à l’époque romane, a pesé fortement dans la pacification de la société.

Chapiteau de la dispute - XIe siècle

Chapiteau historié, le décor s’étend sur trois faces. La scène la plus connue se trouve au centre, où deux hommes s’empoignent par la barbe et brandissent leurs serpes, alors que leurs épouses tentent de les séparer. La représentation du corps, mis en valeur par des drapés aux plis très stylisés, ainsi que l’iconographie en elle-même confèrent beaucoup de charme à ce chapiteau, dont l’histoire se finit par une heureuse réconciliation entre les deux hommes (après s’être au préalable estropiés).

Un autre ensemble exceptionnel est présenté pour la première fois dans son intégralité : le décor de la salle capitulaire de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, sauvé au XIXe siècle lors de la destruction de l’édifice par la société des Antiquaires de l’Ouest. D’une grande unité stylistique, cet ensemble témoigne de l’influence du travail de l’ivoire et de l’enluminure sur la sculpture romane. Composé de plusieurs petits tympans, il est agrémenté de chapiteaux et de petits claveaux sculptés au répertoire ornemental d’un grand raffinement.

chapiteau de l'abbaye de Nanteuil-en-Vallée, XIIe siècle

D’autres vestiges, notamment provenant de Saint-Hilaire-le-Grand, Sainte-Radegonde ou encore de l’abbaye Sainte-Croix figurent également parmi ces chefs-d’oeuvre et placent clairement Poitiers comme l’un des foyers les plus importants de la sculpture romane.

Chapiteau provenant de Saint-Hilaire-le-Grand, Poitiers, XIe siècle

Mais l’exposition n’est pas consacrée uniquement à la sculpture, et propose au visiteur de découvrir des monnaies, enluminures, émaux et verreries : un aspect plus précieux de cette vie médiévale.

Crosse, Saint Michel terrassant le dragon, XIIe siècle

Les mines argentifères de la région et l’atelier monétaire de Poitiers, au coeur de la recherche actuelle, sont également présents avec le trésor de Chanteloup et ses 2500 deniers.

À mon sens, l’oeuvre la plus frappante est ce magnifique vase en verre bleu soufflé, à décor blanc rapporté : c’est la seule production connue à ce jour d’un tel type de production, daté des XIe et XIIe siècles et dont le lieu de réalisation nous échappe encore à ce jour. Découvert au XIXe siècle dans un autel de Saint-Savin-sur-Gartempe, il servit très tôt de reliquaire, ce qui le sauva sans doute puisqu’il est arrivé jusqu’à nous dans son intégralité, état de conservation exceptionnel pour un matériau si fragile!

Vase-reliquaire, XI-XIIe siècles

En contrepoint de ses collections permanentes, dans la salle d’exposition temporaire, le musée offre à de grandes institutions une « carte blanche ». Par quelques exemples choisis, elles évoquent leurs missions d’étude, de recherche, de préservation et de valorisation du patrimoine : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Conservation régionale des Monuments historiques, Institut national de recherches archéologiques préventives, Centre national de la recherche scientifique, Musée des Monuments français. À cette occasion, la présentation exceptionnelle du manuscrit de Sainte-Radegonde et de fragments de peintures murales de Saint-Savin est l’un des autres évènements de cette exposition.

Vie de sainte Radegonde, vers 1100

En regard de l’exposition se tiennent plusieurs conférences à l’auditorium du musée :

  • Jeudi 24 novembre à 18h30 – Auditorium du musée Sainte-Croix. « L’amour des lettres : culture écrite et jeux graphiques de l’Age roman ». Par Cécile Treffort, Professeure en histoire du Moyen Âge, Directrice du CESCM (Université de Poitiers/CNRS).
  • Jeudi 8 décembre à 18h30 – Auditorium du musée Sainte-Croix. « Banquets, ravioles et sucreries, l’art de manger et son évolution, IXe-XIIIe siècles ». Par Xavier Dectot, Directeur de Louvre-Lens.

Plusieurs films documentaires seront également projetés, sur la vie littéraire et poétique autour de Poitiers, et l’abbaye de Cluny :

  • Mardi 15 novembre, 12h – Auditorium du musée Sainte-Croix. « Le chant de l’alouette ou l’héritage des troubadours » de Patrick Cazals (1996 – 68’, couleur)
  • Mardi 6 décembre, 12h – Auditorium du musée Sainte-Croix
    « Cluny, une lumière dans la nuit » de Guy Nerac et Marceau Ginesy (1995 – 52’, couleur)

Source : musée de Sainte-Croix http://www.musees-poitiers.org/ExpositionAgeroman.html

3 Comments

  1. tiza63

    j’aime beaucoup ce vase en verre soufflé,j’aimerais bien avoir le meme pour Noel

  2. I desired to thanks for this fantastic examine!! I undoubtedly experiencing each and every small little bit of it I’ve you bookmarked to verify out new things you post…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*