Le Christ couronné d'épines, vers 1510, National Gallery, Londres, ©The National Gallery, Londres, Dist. RMN-GP / National Gallery Photographic Department © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Cima da Conegliano, peintre à Venise autour de 1500

Parmi les expositions à voir ces derniers temps, celle du Musée du Luxembourg occupe une place particulière. Après le portail roman de Cluny, le génie de Léonard de Vinci, l’art courtois et raffiné des frères Limbourg, voici un aperçu de celui de Giovanni Battista Cima, peintre vénitien de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle.

Le Christ couronné d'épines, vers 1510, National Gallery, Londres, ©The National Gallery, Londres, Dist. RMN-GP / National Gallery Photographic Department

Originaire d’une famille d’entrepreneurs du textile à Conegliano, Cima s’installe à Venise où il fonde un atelier. Son apprentissage et sa carrière avant 1489 ne sont pas connus, toutefois l’influence de Giovanni Bellini dans sa peinture laisse entrevoir une formation auprès de lui. Cette filiation apparait de manière évidente dans ses nombreuses Vierge à l’Enfant.

Vierge à l'Enfant, Galleria degli Uffizi, ©Archives Alinari, Florence,

Dans les années 1490, Cima est le peintre d’art sacré de Venise le plus célèbre et le plus prisé. Il touche une clientèle dévote, sensible à la douceur de ses personnages, et bientôt dépasse les frontières de la Vénétie comme en témoignent les trois grands retables envoyés à Parme.

Vierge à l'Enfant entourée de saint Michel et saint André, Parme, Galleria Nazionale, ©Archives Alinari, Florence,

A l’apogée de sa carrière, il propose de nouveaux effets de composition, mêlant la nature et l’architecture . « De manière plus générale, l’œuvre de Cima contribue à donner à la peinture des paysages un souffle nouveau. Il est l’un des premiers peintres italiens à les décrire avec une pareille attention au réel, à la topographie, à la lumière qui les exalte »

Présentation de la Vierge au Temple, Cima da Conegliano, 1496-1497, Dresde, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche, ©BPK, Berlin, Dist. RMN-GP / Hans-Peter Kluth

Cima meurt en 1517-1518 et laisse derrière lui une génération d’artistes qui s’inspireront de son art, tel Lorenzo Lotto (dont il sera le maître) et Titien. L’exposition réunit des œuvres exceptionnelles, dont de grands tableaux d’autel, qui pour la première fois sont présentés hors de l’Italie comme le panneau de la Vierge à l’Enfant entourés de saints provenant de Conegliano, village natal de l’artiste.

Vierge à l'Enfant entourés de saints, Duomo arcipretale dell’Annunciazione del signore, Conegliano

Cima da Conegliano, Maître de la Renaissance vénitienne, Musée du Luxembourg, Paris, du 5 avril au 15 juillet 2012.

2 Trackbacks

  1. By Dessins vénitiens à la Morgan Library - New York | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! 18 mai 2012 at 21 h 35 min

  2. By Expositions en cours | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! 29 mai 2012 at 14 h 53 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*