Royal 14. B. VI, membrane 5 © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Dans l’intimité des rois & reines d’Angleterre – manuscrits royaux à la British Library

Cet hiver, la British Library ainsi que la Royal Library présentent une sélection de manuscrits ayant appartenus aux rois et reines d’Angleterre, du IXe siècle au XVIe siècle. Certains proviennent même de la collection personnelle d’Elizabeth II. Au-delà de la qualité artistique de ces oeuvres et de leurs auteurs, ces livres nous renseignent sur les personnalités de leurs propriétaires : intérêts scientifiques, dévotions particulières… C’est l’intimité des rois et reines qui est dévoilée au travers de ces manuscrits.

Ainsi l’exposition présente par exemple le livre de Thomas Hoccleve écrit pour Henri V : De Regemine Principum, ouvrage éducatif à destinations des princes, énumérant les qualités requises pour gouverner. Ce manuscrit, sorte de « Prince for dummies » mettait en avant de nombreux exemples, qu’ils soient positifs comme négatifs, afin d’instruire et de mettre en garde le futur roi. Ce genre d’écrit, appelé « miroirs des princes », était censé guider le monarque dans sa conduite. Destiné à Henri V, ce manuscrit l’a-t-il réellement inspiré durant le temps de son règne? Sa volonté de pacifier l’Angleterre, d’apaiser les tensions au sein de l’Eglise après le schisme et surtout sa politique étrangère conquérante pourraient le laisser penser.

Thomas Hoccleve offrant son livre au Prince de Galles, futur Henri V 1430-1438

Restons dans la maison des Lancastre avec Henri VI, fils d’Henri V. Nommé roi à l’âge de 9 mois, il est éduqué par son oncle le régent duc de Bedford. À l’occasion de son mariage en 1445 avec Marguerite d’Anjou, John Talbot – comte de Shrewbury s’étant particulièrement illustré lors des batailles en France- lui offre un recueil de poèmes. Résidant à Rouen, le comte s’adressa à l’un de ses enlumineurs attitrés, très actif en Normandie : le maître de Talbot. Si cet ouvrage témoigne d’un épisode important de la vie d’Henri VI, il est avant tout le marqueur des échanges artistiques entre la Normandie (encore sous domination anglaise) et la Grande-Bretagne. John Talbot en fait également une sorte d’outil de propagande : ornant les folios du manuscrit est représenté l’arbre généalogique d’Henri VI, légitimant sa place au trône de France et omettant discrètement d’y placer Charles VII, le prétendant français.

John Talbot offrant son livre à Marguerite d'Anjou 1444-1445

Bibles, psautiers et autres ouvrages religieux témoignent de la dévotion des dirigeants britanniques, parfois annotés de leur main. Ainsi Henri VIII (restons dans les Henri) s’identifiait au roi David : sur ce frontispice, l’auteur des psaumes est représenté sous les traits du monarque anglais.

David sous les traits d'Henri VIII - 1540

Les chroniques historiques et autres ouvrages généalogiques tiennent également une place de premier plan. L’exposition présente l’exemplaire autographe de l’Histoire de l’Angleterre par Matthew Paris, alors conseiller du roi Henri III. En guise de préface, l’auteur dessina une carte destinée au roi afin de lui montrer la route du pèlerinage jusqu’à Jérusalem.

Itinéraire de Londres à Jérusalem - vers 1250

Cette exposition rassemble ainsi un ensemble d’ouvrages inestimables et peu accessibles au public. Il s’agit donc d’une occasion d’approcher au plus près la monarchie britannique et ses dirigeants successifs, de toucher du doigt leurs intérêts, leurs préoccupations, leurs dévotions personnelles… mais aussi d’appréhender la commande royale comme un outil politique. La British Library propose plusieurs manifestations en marge de l’exposition : notamment la possibilité de feuilleter le psautier d’Henri VIII en ligne. Sur son blog, elle fait également découvrir d’autres ouvrages, moins connus, notamment sur la commande féminine. Ainsi le psautier de Shaftesbury est l’exemple le plus ancien d’un manuscrit commandité par une femme, sans doute Adeliza de Louvain la femme d’Henri Ier au XIIe siècle.

Donatrice devant la Vierge et l'Enfant, XIIe siècle

Source : British Library http://www.bl.uk/whatson/exhibitions/royalman/about/index.html

 

Télécharger l’application sur l’App Store

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*