dorure ©onditmédiéval,pasmoyenâgeux!

Découverte à la cathédrale de Clermont-Ferrand

Il y a maintenant quelques semaines, la cathédrale de Clermont levait le voile sur un mystère vieux de 800 ans. Au printemps 2013, l’association diocésaine décide de changer les panneaux d’information présents dans l’édifice. Au moment d’enlever l’un de ces panneaux, un artisan constate qu’une partie du mur du transept nord sonne creux. Le service de l’architecture et du patrimoine du Puy-de-Dôme décide alors de faire plusieurs sondages afin d’entrevoir ce qui se cache derrière l’enduit. C’est alors qu’apparaissent plusieurs éléments : des voussures sculptées et une grille en fer forgé.

baie-de-la-cathedrale-de-clermont

Désormais, l’enduit a été totalement enlevé, révélant une baie dont les voussures sont ornées de rinceaux dorés à la feuille d’or, des restes d’une peinture murale polychrome (où l’on distingue des flammes), et une ouverture fermée par une grille en fer forgé. La sculpture indique une datation tardive, de la fin du Moyen Âge. Quant à la question de sa fonction, rien n’est encore certain! Il s’agit d’une baie interne, une fenêtre située entre la sacristie et la nef, qui n’a donc pas une vocation d’éclairage lambda, bien au contraire. Dorée à la feuille d’or, elle se démarque de toutes les autres baies de l’édifice. Que pouvait-on montrer derrière cette grille : une relique? un trésor? Désormais la prochaine étape du service de l’architecture et du patrimoine du Puy-de-Dôme va se dérouler dans les archives, à la recherche d’éventuels indices sur ce qu’elle pouvait abriter de si précieux.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*