Armure et équipement militaire, fin XVIe siècle © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Des samouraïs à Paris

Après la Chine au Louvre, c’est au Japon d’être à l’honneur dans les musées français : les samouraïs ont ainsi investis le Quai Branly depuis déjà quelques jours. Sous l’égide de Gabriel  Barbier-Mueller, propriétaire des oeuvres et commissaire de l’exposition, celle-ci présente l’évolution de l’équipement du guerrier du 12e siècle au 19e siècle, époque à laquelle la caste des guerriers au sang noble disparaît pour se fondre dans le Japon moderne.

Les Samouraïs ont régné au Japon pendant près de mille ans, jouant un rôle prépondérant dans le cours de l’histoire du pays. Leurs armures, véritables chefs-d’œuvre, étaient à la fois protection et source de fierté. Les armures complètes, casques, masques, armes et armures équestres rares présentés permettent non seulement de comprendre les origines de l’armure japonaise, mais aussi le monde des Samouraïs et leur mode de vie au sein de la culture japonaise. Et s’il s’agit avant tout d’un objet utilitaire, de défense, les armures étaient également de véritables oeuvres d’art, dont les matériaux sont parfois déroutants ( certaines sont composées de laque!!!!)

Armure et équipement militaire, fin XVIe siècle

 Dès l’entrée, deux chevaliers caparaçonnés plantent le décor, et peu à peu, le parcours familiarise le visiteur avec ces armures parfois si complexes! Peu à peu, l’omote dogu (armure + harnachement) livre ses secrets, ainsi que le code d’honneur appelé Bushido, dont fait partie le célèbre seppuku, le suicide par éventration réservé aux hommes. Les femmes, elles, se sectionnaient la carotide en se faisant jigaï. Viennent ensuite les exemples d’armures et casques, datant pour les plus anciennes du XIIe siècle, véritables pièces d’orfèvrerie, peintes, ciselées, gravées, émaillées…

Casque, vers 1380

Les formes se succèdent, les matériaux aussi : il est intéressant de noter l’évolution de ce type d’objet – mi vêtement mi arme – jusqu’au XIXe siècle, alors même que les exemples français s’arrêtent au XVIIe siècle, et encore à cette époque n’étaient produites que des armures d’apparât.

Armure, vers 1530

L’iconographie présente sur les casques, les masques et les plaques s’inspire de la faune et de la flore aquatique, mais également des préceptes religieux divers (chrétiens, bouddhistes, shintoïstes…) : un répertoire plein d’esprit (s).

Casque, vers 1539.

Il s’agit donc de plonger dans un art guerrier d’un autre temps, où l’honneur et ses vertus étaient portés au premier plan. Il s’agit également de retracer l’histoire de ces hommes qui dirigèrent le Japon pendant près de mille ans. Synonymes de défense et protection, mais aussi de subtilité et raffinement, ces armures et ces figures intemporelles de Samouraïs sont présentées à travers 140 oeuvres majeures, un parcours terminé par une section dédiée aux samouraïs au cinéma!

Armure, XVIe siècle

« Samouraï – armure du guerrier », du 8/11/2011 au 29/01/2012, Musée du Quai Branly, Paris.

Source : Quai Branly

4 Comments

  1. Cécile Mouillard

    Merci pour cette visite virtuelle qui donne vraiment envie d’aller visiter l’exposition !!!
    Enfin une expo sur les samouraï à Paris !!! Depuis la fermeture de la Galerie Burawoy, on n’en voit plus beaucoup dans le coin…
    J’ai hâte d’aller la voir !!! 🙂

  2. greg

    Quelle virtuosité ! Ces armures font rêver.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*