Capture d’écran 2011-10-13 à 10.41.42 © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Emakimono & la tapisserie de Bayeux – dessins animés du Moyen Age

Le musée de Bayeux propose actuellement un face à face inédit entre la tapisserie de Bayeux, oeuvre phare du XIe siècle retraçant la conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, et le rouleau japonais du Grand Conseiller Ban (Ban Dainagon emaki), datant du XIIe siècle, relatant une manoeuvre politique opérée par ce même conseiller.

Si la Tapisserie de Bayeux est un récit de conquête, le rouleau du Grand Conseiller Ban est celui d’un complot politique impliquant l’un des plus impressionants incendies décrits dans la peinture japonaise. La confrontation des deux tentures, véritables récits historiques animés, fut un challenge : de 26 mètres pour le rouleau aux 70 mètres de la tapisserie, comment mettre en parallèle ces deux oeuvres? Le prêt de l’emaki original n’ayant pu être possible (le rouleau étant considéré comme un Trésor National), le musée présente les deux collotypes (photos agrémentées à l’aquarelle), à même échelle. De multiples détails, agrandis, permettent de savoureux parallèles entre les scènes, et invite à comparer les procédés de narrations et bien sûr les motifs eux-même.

L’initiation à l’art japonais des emaki, ces rouleaux japonais, est également présente grâce au prêt de nombreuses oeuvres des musées Cernuschi, Guimet et de la BNF. L’exposition propose en effet au visiteur d’apprendre la fabrication et la manipulation délicate de ces rouleaux,du Ban Dainagon emaki lui-même, à travers des bornes tactiles.

Les commissaires de l’exposition, suite à l’idée d’un réalisateur japonais Takahata Isao, mettent enfin en parallèle les procédés de narrations entre ces deux oeuvres médiévales et les techniques d’animations actuelles. Décomposition d’une action au sein d’un même plan ou d’une même séquence, représentation de l’écoulement du temps, effets dramatiques donnant vie à la course des personnages… Ces procédés se retrouvent tant au fil de la Tapisserie de Bayeux qu’au fil du Ban Dainagon emaki et préfigurent la grammaire utilisée dans le cinéma d’animation. Déjà en 2009 les exploits de Guillaume le Conquérant avaient été « animés », la tapisserie et ses personnages prenaient vie :

À ce titre le musée de la tapisserie de Bayeux propose une vision novatrice d’une oeuvre pourtant à maintes reprises exploitées, en s’associant au berceau de l’animation : le Japon.

(lien vers le site du musée : clic sur l’image)

One Comment

  1. L’exposition est magnifique et votre article est sympa. Les photos sont trop petites.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*