Capture d’écran 2011-12-05 à 19.28.40 © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

« histoire des arts », une copie à revoir!

Le ministère de la culture a mis en ligne depuis déjà quelque temps, un site pédagogique destiné à aider les enseignants de primaire, collège et lycée chargés de la nouvelle matière « histoire des arts ». Nous ne reviendrons pas sur la polémique qui agite les historiens et géographes sur l’enseignement de cette histoire des arts (ici et ) – et non de l’histoire de l’art – en revanche ce petit billet aimerait attirer l’attention sur le site mis en ligne par le ministère.

À travers les nouveautés (expositions, concerts, pièces de théâtre….) et des thématiques iconographiques/techniques, les institutions veulent donner un support pédagogique aux enseignants. Le site propose également une catégorie « repères« , une sorte de timeline des arts. En ce qui concerne le Moyen Âge, plusieurs petites choses sont encore à revoir. Si l’Histoire est divisée en périodes et dates clés bien définies, l’Histoire des arts est faite de mouvements, de courants, qui parfois se chevauchent. Ainsi les arts roman et gothique coexistèrent, tout comme au XVe siècle l’art gothique et la renaissance, des périodes de « simultanéité stylistique ».

Couronnement de la Vierge, Enguerrand Quarton, 1454

Comment Enguerrand Quarton, grand peintre du XVe siècle actif à Avignon, peut être classé parmi les peintres de la Renaissance! Cet artiste s’attache à des formes gothiques que l’on ne saurait rattacher au renouveau antique! Pourquoi les Très Riches Heures du duc de Berry seraient-elles de l’art « du Moyen Âge » et pas Enguerrand Quarton? Sur quels critères?

mois de Septembre, Très Riches Heures du duc de Berry, vers 1440

De même après 1540 « naissance de l’architecture à la française » où les architectes Pierre Lescot et Philibert Delorme « posent les jalons d’une manière spécifiquement nationale ». Doit-on rappeler au ministère de la culture que l’art gothique est né en France, bien avant 1540?

Tombeau de Philippe Pot, Antoine le Moiturier, dernier quart du XVe siècle

Pourquoi le tombeau de Philippe Pot au Louvre, réalisé par Antoine le Moiturier, est considéré comme une œuvre « à l’aube de la Renaissance » alors qu’il ne s’attache ni ne préfigure en rien l’art à l’antique de la Renaissance? La fin du Moyen Âge n’existerait donc uniquement que pour servir de transition à la Renaissance?

Si cette initiative mise en place par le ministère de la culture est tout à fait louable, servant ainsi de repère à un enseignement encore mal défini, il faudrait toutefois être plus vigilant quant à des « repères » censés tenir lieu de références!

Source : Histoire des arts – culture.fr

4 Comments

  1. Vous pointez avec beaucoup d’acuité un vrai problème qui est, à mes yeux, le peu d’intérêt réel que démontrent les institutions pour les arts, en particulier s’ils sont anciens. Les erreurs que vous relevez sont révélatrices de cette incurie, encore plus flagrante dès qu’il s’agit de ce parent pauvre qu’est la musique, trop souvent ravalée au rang de matière d’agrément vaguement destinée à meubler mais fort peu à être étudiée (je parle par expérience), une attitude qu’on ne retrouve heureusement pas chez nos amis allemands ou anglais.
    Les inexactitudes que vous avez relevées me semblent découler d’un seul et même travers, signature malheureuse de la manière de faire de l’histoire de l’art en France : l’italianocentrisme. J’ai, en effet, l’impression que la périodisation adoptée par les concepteurs de la partie médiévale de ce projet se fonde sur l’évolution des arts en Italie, avec une arrivée de la Renaissance placée très tôt (il y aurait beaucoup à dire, je pense que ce n’est pas le lieu) : une regrettable erreur… de perspective, comme il se doit.

    • CaroB

      tout à fait, l’italiano-centrisme! c’est le terme! je ne me suis pas permis de juger la partie dédiée à la musique, mais je vois que les mêmes remarques s’imposent!

  2. Rosu

    Non, non, non, le tombeau de Philippe Pot n’a pas été fait par Antoine le Moiturier mais par un artiste encore anonyme à ce jour. Vous voyez, tout le monde peut faire des erreurs ! A part cette remarque, je suis tout à fait en accord avec vous en ce qui concerne le site du ministère trop lacunaire et surtout trop imprécis. Cela prouve une fois de plus que l’Histoire de l’Art est une discipline à part entière, sanctionnée par un diplôme exigeant, qui ne devrait pas être enseignée par n’importe qui afin qu’un très large public en bénéficie.
    Cordialement

    • CaroB

      j’aurais du préciser que le tombeau était « attribué » et non authentifié, attribution qui aujourd’hui est contestée, certes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*