©RMNGP © 2013 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

La Dame à la licorne dépoussiérée

Depuis quelques jours, c’est l’effervescence au Musée du Moyen Âge et pour cause : la Dame à la licorne est de retour à Paris. La célèbre tenture aux cinq pièces est à nouveau exposée au premier étage de l’ancien hôtel des abbés de Cluny, dans une muséographie totalement renouvelée. Ainsi les tapisseries sont soutenues par des plans inclinés qui soulagent les pièces d’éventuelles tensions, l’éclairage respecte les conditions de conservation nécessaire, et sur le plan esthétique, c’est un heureux rafraichissement de l’ancienne rotonde.

tenture de La Dame à la licorne : « A mon seul désir » Vers 1500 Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge © RMN-Grand Palais / Michel Urtado
tenture de La Dame à la licorne : « A mon seul désir »
Vers 1500
Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge
© RMN-Grand Palais / Michel Urtado

C’est un remaniement en profondeur qu’a opéré le musée de Cluny, puisque les tentures elles-mêmes ont été dépoussiérées, lavées, consolidées et revêtues d’une nouvelle doublure en lin. On redécouvre la finesse de certains voilages, l’éclat des couleurs, bref c’est l’oeuvre entière que l’on redécouvre.

Le goût - dépoussiérage © Droits réservés
Le goût – dépoussiérage
© Droits réservés
l'odorat : consolidation d'un détail © Droits réservés
l’odorat : consolidation d’un détail
© Droits réservés
« A mon seul désir » revers © Droits réservés
« A mon seul désir » revers
© Droits réservés
le goût : teinture des fils de resauration © Droits réservés
le goût : teinture des fils de resauration
© Droits réservés

De retour après son périple japonais (ici), la tapisserie est désormais insérée dans une muséographie qui constitue le premier pas du projet architectural Cluny 4, qui vise à améliorer l’accueil du public (notamment au niveau de l’accessibilité, gros point faible de cette bâtisse médiévale) et à mettre en valeur les ruines des thermes antiques qui sont jusqu’à maintenant, inexploitées et peu compréhensibles.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*