Archives_nationales_(Paris)_Hôtel_de_Soubise © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

La demeure médiévale à Paris

Après les hôtels particuliers à la Cité de l’architecture et du patrimoine, la demeure parisienne est à nouveau à l’honneur, aux Archives Nationales depuis le 17 octobre. Tout au long du Moyen Âge, la physionomie de la capitale change, évolue et s’adapte à l’augmentation de la population. L’urbanisme légué par l’Antiquité est confronté aux mutations sociales, économiques et politiques et c’est ce Paris méconnu que propose de découvrir les Archives. Quoi de mieux que l’ancien hôtel de Clisson, construit au XIVe siècle, pour abriter cette exposition!

Ancien Hôtel de Clisson, Paris

Archives Nationales obligent, c’est bien sûr une majorité de sources écrites qui sont exploitées et exposées, afin de reconstituer la demeure médiévale à la fois dans sa disposition intérieure mais aussi dans son espace urbain. Pas besoin d’être chartiste pour apprécier ces précieux témoignages : les cartels déchiffrent pour nous l’écriture alambiquée des scribes médiévaux. Pour ceux qui désirent s’initier à la paléographie, des cartels interactifs transcrivent même phrase par phrase certains de ces actes.

Détail du plan de censive de Saint-Germain-L’Auxerrois peint par Pierre Quesnel 1569

Ces archives sont confrontées à des témoignages iconographiques : plans surtout, mais aussi miniatures, qui permettent de voir ces fameuses demeures vues par leurs contemporains. Ainsi, on peut contempler l’une des rares représentations de l’hôtel Saint-Pol, demeure royale située dans le marais. Ces témoignages sont agrémentés de vestiges archéologiques, sculptés pour la plupart, comme cette rampe de degré de perron du XVe siècle.

Rampe de degré de perron sculptée d’un chien mordant un os, XVe siècle, ©Musée Carnavalet

La reconstitution d’une chambre de la fin du Moyen Âge remet dans leur contexte du mobilier issu de fouilles récentes : fragments de vaisselle, de carrelage mais aussi tapisseries, rondels et meubles « à plis de serviette ».

Rondel – Un pelerin de Saint-Jacques entre dans une auberge, fin XVe – début XVIe siècles, Musée de Cluny, ©RMN

Cette exposition est à coupler avec une visite des monuments in situ. On connait l’hôtel de Cluny, la tour Jean sans Peur ou encore la crypte de Notre-Dame : « la demeure médiévale à Paris » dévoile une liste de ces bâtiments, allant de l’ancien hôtel particulier aux caves voûtées du marais.

La demeure médiévale à Paris, Archives Nationales, Paris, du 17 octobre 2012 au 14 janvier 2013

3 Comments

  1. Humbert Jacomet, conservateur honoraire du patrimoine

    Il aurait été plus judicieux de légender le rondel: pèlerins reçus dans une auberge, sans plus, car rien ne dit qu’ils soient de Saint-Jacques, de Rome, de Saint-Josse, ou d’ailleurs. La « véronique » brochant sur le surcot jaune d’argent du pèlerin assis dans le fond pourrait incliner en faveur de Rome. Les coquilles portées en sautoir autour du cou voire du chapeau ne sont pas, en effet, une particularité des pèlerins de Saint-Jacques. Ce trait qui se rencontre dans l’art flamand, évoquerait plutôt le Mont-Saint-Michel. En outre, cette image a certainement un rapport avec une légende ou récit quelconque.

    • CaroB

      J’ai simplement utilisé le cartel du rondel.

    • Léa T.

      ou tout simplement de ne pas le mettre, puisque si vous le regardez de prêt à l’exposition, vous vous rendrez compte qu’il s’agit d’une reproduction papier et non pas de l’oeuvre originale… un problème lors du montage probablement…

One Trackback

  1. By La demeure médiévale à Paris | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! | patrimoine et archéologie Wallonie-Bruxelles-Belgique-Europe | Scoop.it 5 novembre 2012 at 11 h 36 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*