©On dit médiéval, pas moyenâgeux !

La Tour Saint-Jacques ouverte pour l’été

Le goût pour l’art médiéval nécessite parfois une bonne condition physique : après les 400 marches des tours de Notre-Dame ce sont les escaliers de la tour Saint-Jacques (300 marches) qui se visitent tout l’été à Paris. En plein coeur du Marais, ce vestige flamboyant du début du XVIe siècle est ouvert aux visiteurs (sur réservation uniquement).

Saint-Jacques-de-la-Boucherie, au XVIIIe siècle (©BnF)
Saint-Jacques-de-la-Boucherie, au XVIIIe siècle (©BnF)

Aujourd’hui appelée la tour Saint-Jacques, elle était autrefois le clocher de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, au coeur du quartier qui lui donna son nom : la Grande Boucherie.

Plan de Paris, vers 1550 (Plan de Bâle)
Plan de Paris, vers 1550 (Plan de Bâle)

L’église a subi plusieurs campagnes de constructions entre le XIIe et le XVIe siècles, notamment un grand remaniement de la nef au XVe siècle par Jean Poireau (maître des oeuvres de maçonnerie de Notre-Dame) puis l’érection d’une nouvelle façade par Jean Vauchelet entre 1480 et 1496. La construction de la tour Saint-Jacques a lieu entre 1509 et 1526 et les historiens de l’architecture l’attribuent à un maître d’oeuvre de premier ordre : Jean de Felin. « Il fut l’architecture le plus courtisé des décennies 1500 et 1510 à Paris » (E.Hamon, Une capitale flamboyante, Picard, 2011), actif à Saint-Etienne-du-Mont, Saint-Aspais de Melun, au couvent des Cordeliers, à l’église des Quinze-Vingt, Notre-Dame… Il meurt en 1520 et le chantier de Saint-Jacques est repris par Pierre Chambiges, fils du célèbre architecte Martin Chambiges.

Parigi,_Tour_Saint-Jacques,_1508-22_(1)

top-of-the-tour-saint-jacques

Tour_Saint-Jacques_070508_02

BpbLyKAnHUMyt7n2dRi0h1SirKY

Le programme sculpté du clocher est aujourd’hui reconnu comme l’un des plus beaux exemples du gothique flamboyant parisien, couronné par une statue de saint Jacques encadrée par les quatre évangélistes (les originaux se trouvent au musée de Cluny).

Démolition de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, fin du XVIIIe siècle (©BnF)
Démolition de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, fin du XVIIIe siècle (©BnF)

Après la révolution, l’église est vendue comme bien national puis utilisée comme carrière de pierre. L’emplacement de l’ancienne église est rapidement occupé par un marché encadrant la tour, devenue le seul vestige de Saint-Jacques. Les grands travaux haussmanniens dégagent les abords de l’ancien clocher et des travaux de restauration y ajoutent des vitraux, puis celui-ci devient le terrain d’expérimentations scientifiques et météorologiques. La hauteur de la tour Saint-Jacques en faisait en effet un lieu de choix pour se livrer à des expériences de physique, dont l’exemple le plus célèbre est la venue de Blaise Pascal au XVIIe siècle.

tour_saint_jacques_main_06
(Visuel de l’exposition La tour Saint-Jacques, à la tour Jean sans Peur)

Aujourd’hui complètement restaurée, elle ouvre ponctuellement ses portes au public pendant l’été. En parallèle, sa voisine la tour Jean sans Peur lui consacre une exposition jusqu’en décembre 2014 (http://exposition-tour-saint-jacques.tourjeansanspeur.com).

show_action_Tour_Saint-Jacques_visuel_V2

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*