pleurants_cluny © 2013 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Larmes d’albâtre : les pleurants du tombeau de Jean sans Peur

Les pleurants du tombeau de Jean sans Peur s’arrêtent une dernière fois avant de regagner leur place originelle, à Dijon, sous les arcades de la sépulture monumentale du duc. Au terme d’une tournée triomphale aux Etats-Unis et en Europe, les 39 figures du cortège funéraire s’installent pour quelques mois au Musée de Cluny. Comment se sont-ils retrouvés hors du tombeau? En 2010, à l’occasion de la rénovation du Musée des Beaux-Arts de Dijon, les pleurants sont enlevés des arcades gothiques sous lesquelles ils s’abritaient pour être exposés dans le monde entier. Des ambassadeurs de choix, qui vont connaître un véritable succès. Ils terminent en beauté leur escapade au Musée du Moyen Âge, dont on connait les liens étroits avec la Bourgogne. C’est donc une destination privilégiée pour cette dernière étape.

À l’origine installés dans le soubassement du tombeau de Jean sans Peur et masqués en partie par les arcades, ils sont aujourd’hui exceptionnellement présentés en une longue procession. C’est une chance unique que de pouvoir les contempler d’aussi près!  Ils sont l’oeuvre des sculpteurs Jean de la Huerta et Antoine le Moiturier, qui dans la seconde moitié du XVe siècle, vont travailler successivement au tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière. Ils devaient s’inspirer au plus près du tombeau de Philippe le Hardi, père de Jean sans Peur, et aujourd’hui son voisin au Musée des Beaux-Arts.

Tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière, Musée des Beaux-Arts de Dijon
Tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière, Musée des Beaux-Arts de Dijon

Ces pleurants constituent le cortège funéraire du duc et de son épouse, et réunissent les différentes parties de la société : le clergé régulier, le clergé séculier et les laïcs. Ainsi parmi les figures blanches en albâtre, on peut facilement identifier un évêque ou encore les enfants de choeur. Quel est leur rôle? pleurer et prier éternellement pour le défunt. La plupart sont revêtus d’un long manteau de deuil, dont la capuche vient pour certains totalement recouvrir le visage. La scénographie choisie par le Musée de Cluny les expose en une longue file, à l’image de la procession réelle. Ce qui frappe le visiteur, c’est d’abord la diversité des expressions qui traduisent toute l’intensité des émotions face à la mort. Cette tristesse à la fois collective et individuelle, nous touche directement.

Pleurant #51 ©Musée des Beaux Arts de Dijon
Pleurant #52 ©Musée des Beaux Arts de Dijon

Cette scénographie permet en outre d’admirer l’incroyable travail de sculpture de Jean de la Huerta et d’Antoine le Moiturier. Les pleurants sont sculptés dans l’albâtre et mesurent environ 40 cm de haut. Chaque figure est individualisée et parait très vivante (le comble pour une destination funéraire…). Au-delà du travail d’individualisation des figures, c’est celui des drapés qui est le plus impressionnant : amples et majestueux, ils enveloppent parfois totalement les pleurants.

Pleurant #53 ©Musée des Beaux-Arts, Dijon
Pleurant #53 ©Musée des Beaux-Arts, Dijon

« Dans l’admirable production sculptée qui s’est développée en France, c’est précisément la qualité des drapés qui caractérise la Bourgogne », précise Sophie Jugie, conservatrice au Musée des Beaux-Arts de Dijon. Ces recherches se situent dans la continuité de celles entreprises au sein de l’atelier ducal de sculpture, dirigé par Claus Sluter. Il faut imaginer ici 1 à 2 mois de travail pour chaque personnage, l’albâtre étant un support particulièrement exigeant.

Cette présentation individuelle est une occasion unique de contempler les pleurants hors de leurs arcatures gothiques, puisqu’en juin ils regagneront le soubassement du tombeau. La scénographie et la pénombre ambiante mettent particulièrement en valeur ces figures « aux larmes d’albâtre », qui nous plongent pendant quelques instants en pleine procession funéraire du duc de Bourgogne.

scénographie du Musée de Cluny
scénographie du Musée de Cluny

« Larmes d’albâtre, les pleurants du tombeau de Jean sans Peur, duc de Bourgogne », Musée de Cluny, du 27 février au 3 juin 2013.

2 Trackbacks

  1. By Larmes d’albâtre : les pleurants du tombeau de Jean sans Peur | Les Arts | Scoop.it 2 mars 2013 at 18 h 05 min

  2. By Patrimoine-en-blog » Blog Archive » Vidéo de la semaine Le savoir-faire d’un stucateur au service d’une église belge 24 mars 2013 at 5 h 26 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*