5271431652_23a3947cfb_b © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

L’art du jeu au musée de Cluny

C’est avec un peu de retard que je présente aujourd’hui la dernière exposition du Musée de Cluny, idéale en ces temps de fêtes. Art du jeu, le jeu dans l’art, présente en effet une histoire des jeux : de hasard, de cartes, stratégiques… l’exposition en retrace le parcours depuis l’Antiquité. Ces pièces, pions, cartes ou plateaux sont à la fois objets de contemplation -de véritables oeuvres d’art- et objets de curiosité. On se plait en effet à essayer de comprendre les règles des jeux comme le senet, ou le jeu du chien et du chacal. La présence de plusieurs pièces égyptiennes, pourtant éloignées chronologiquement de la thématique intrinsèque du musée, est essentielle pour comprendre la place prépondérante qu’a eu cette civilisation dans l’histoire du jeu.

Nefertari jouant au Senet
Nefertari jouant au Senet – fac similé d’une peinture provenant de sa tombe

L’exécution de très haute qualité de certains d’entre eux les place aux rangs de véritables oeuvres sculptées. Les pions du jeu de Lewis, jeu d’échec du XIIe siècle sont en réalité de petites statuettes représentant des personnages de cour comme la reine, s’ennuyant à mourir, ou des personnages fantastiques comme les bersekers, figures de la mythologie nordique (voir présentation ici). Le jeu de Charlemagne fait lui aussi partie de l’exposition : réalisé au XIe siècle, l’empereur carolingien n’a pourtant jamais pu s’en servir. Ces appellations usurpées sont légion et l’exposition présente par exemple le jeu de tarot de Charles VI ou encore l’échiquier de saint Louis, datant tous les deux de la fin du Moyen Âge.
Certains de ces jeux de stratégie nous semblent très familiers notamment le jeu de tables, ancêtre du backgammon, dont l’une des variantes est devenue célèbre sous le nom de tric-trac.

Jeu de tables, Saint-Denis, milieu du XIIe siècle
Jeu de tables, Saint-Denis, milieu du XIIe siècle

Au-delà d’une évocation des différents jeux antiques et médiévaux, l’exposition s’intéresse également à leur place au sein de la société et de la vie quotidienne. Enluminures, vitraux, gravure témoignent du développement de ces pratiques, qui furent rapidement associées à des thématiques universelles comme l’amour, l’art divinatoire ou le destin. Sur ce vitrail civil du XVe siècle, le jeu d’échecs en cours prend place au sein d’une scène courtoise : véritable métaphore, l’homme prend la reine de la femme qu’il courtise.

Joueurs d'échecs, vitrail civil provenant de l'hôtel de la Bessée, Villefranche-sur-Saône, 1430-1440
Joueurs d’échecs, vitrail civil provenant de l’hôtel de la Bessée, Villefranche-sur-Saône, 1430-1440

En association avec la Fédération Française d’échecs, le musée propose aux plus joueurs de résoudre chaque jour une énigme différente sur l’échiquier géant situé dans la cour du musée. Un parcours thématique propose également de découvrir les différentes règles des jeux exposés et leur variantes.

Art du jeu, le jeu dans l’art. De Babylone à l’Occident médiéval, jusqu’au 4 mars 2013, Musée National du Moyen Age.

2 Comments

  1. Les pièces présentées sont effectivement magnifiques, pions, dés, pièces d’échecs, ou jeux de parcours. J’ai aussi particulièrement apprécié la réflexion sur la notion et la pratique des jeux dans la société.

  2. Jacqueline de ROHAN-CHABOT

    Le 8 février 2013… cette expo. est d’une richesse et originalité remarquables ! tous ces
    objets pour certains, datant de l’antiquité et dans un parfait état de conservation, sont
    émouvants et d’une grande beauté.. oui, ils ont une âme… et nous sommes bien petits,
    nous, simples mortels ! Encore bravo et surtout merci.
    Jacqueline.

One Trackback

  1. By L'art du jeu au musée de Cluny | On dit médiéval, pas moyenâgeux! | patrimoine et archéologie Wallonie-Bruxelles-Belgique-Europe | Scoop.it 22 décembre 2012 at 7 h 09 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*