33rbl-ALBREC_1 © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Le jeune Albrecht Dürer

L’exposition consacrée aux jeunes années d’Albrecht Dürer ouvre aujourd’hui ses portes au Germanisches Nationalmuseum à Nuremberg. Il y a quelques mois, la polémique avait enflé suite au refus de plusieurs institutions de prêter leurs oeuvres au musée de Nuremberg. Malgré l’absence donc, du fameux autoportrait à la fourrure et de la Vierge aux sept douleurs, l’exposition rassemble de nombreuses peintures, gravures, dessins et documents d’archives afin de mieux cerner le jeune Dürer.

Autoportrait à l'âge de treize ans, Albrecht Dürer, 1483, Albertina, Vienne

Il nait à Nuremberg en 1471, d’un père orfèvre auprès duquel il commence son apprentissage de 1483 à 1486. C’est de cette période que provient l’autoportrait à 13 ans conservé à l’Albertina de Vienne. Préférant une carrière de peintre à celle d’orfèvre, le jeune Albrecht continue sa formation auprès de Michaël Volgemut, principal artiste de Nuremberg. Les premières peintures que l’on connaisse de lui représentent ses parents, Barbara et son époux, réalisées vers 1490. L’entourage familial est très important pour le jeune artiste, au sein duquel il évolue dans un climat émulateur. La vénération pour l’antiquité, l’humanisme, le voyage en Italie sont autant de thèmes précieux à la famille Dürer.

Portrait de Dürer - père, Albrecht Dürer, 1490, Galerie des Offices, Florence

À la suite de son apprentissage, il entreprend un tour de compagnon dont les étapes sont encore aujourd’hui incertaines : allant aux Pays-Bas,  puis à Colmar pour rencontrer Martin Schongauer qui vient juste de mourir, puis Bâle où il côtoit les cercles humanistes notamment par l’intermédiaire de l’éditeur Anton Koberger. Après une halte à Strasbourg en 1493, il se rend en Italie où il découvre la peinture vénitienne (notamment Bellini et son atelier dont nous avons récemment parlé – à l’honneur à la Morgan Library), les théories de l’art mais aussi le luxe et le faste de la république maritime.

Vue du val d'Arco, vers 1495, Albrecht Dürer, Musée du Louvre, Paris

En rentrant à Nuremberg en 1495, il met en pratique la leçon italienne et connait une période de grande activité, notamment au service de l’Électeur de Saxe Frédéric le Sage. Il réalise alors de nombreuses gravures et le célèbre polyptyque des Sept Douleurs conservé à Dresde. Il introduit dans ses oeuvres une tension dramatique poussée à son paroxysme, ainsi qu’une dimension psychologique chez ses personnages. Le Christ de douleurs, las, en est l’un des nombreux exemples.

Christ de douleur, Albrecht Dürer, 1493-1494, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe

Ce qui frappe chez Dürer, c’est sa modernité. Celle de son art bien sûr, mais aussi celle de l’homme. L’artiste anonyme médiéval est désormais si lointain : Dürer occupe une place importante au sein de sa propre création. Sorte de dandy, il se représente à de nombreuses reprises, parfois paré des plus beaux atours. Il crée également l’un des premiers copyright de l’histoire de l’art, en appliquant systématiquement son fameux monogramme à partir de 1497.

Autoportrait, Albrecht Dürer, 1500, Musée du Prado, Madrid

L’exposition de Nuremberg met ainsi en lumière ce jeune Dürer, et les étapes importantes qui marquèrent par la suite son art. Le site du Germanisches Nationalmuseum propose la découverte des grandes lignes thématiques de l’exposition, mais aussi des détails biographiques « Dürer de A à Z« .

6 Comments

  1. stefano ruggeri

    Autoportrait de Durer est au Prado et pas a l’Alte Pinkothek

  2. Fourmont Morgane

    Pourions-nous avoir plus de détails au niveau de cet autoportrait ? Par exemple si il y a un titre, si il y a une annecdote, si c’est de la peinture a l’huile ou pas et quels sont les effects utilliser par le peintre s’il vous plait ?
    [Désolé si il y a des fautes d’orthographe !]

  3. Les Dossiers Découverte

    Albrecht Dürer est un peintre de la Renaissance, et non pas du Moyen Age !

    • CaroB

      Il se situe dans une période de transition (en histoire de l’art), où l’on peut dire les deux. Au moment où il début sa carrière, il est encore attaché à des formes gothiques et donc médiévales. Il est difficile de trancher exactement pour cette période, en tout cas il n’y a pas d’antagonisme entre les deux courants, ni de limite précise!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*