Marie - détail du Jubé - cathédrale Naumburg © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Le maître de Naumburg – Sculpteur & architecte dans l’Europe des cathédrales

Les grands évènements de la rentrée auraient tendance à faire oublier cette exposition majeure dédiée au maître de Naumburg et répartie sur plus de 2500m2 dans la ville même de Naumburg.

Ce que l’on appelle aujourd’hui sous le nom de convention maître de Naumburg désigne un groupe itinérant de sculpteurs et de tailleurs de pierre identifié sur les chantiers français d’Ile-de-France, de Champagne et de Picardie autour des années 1220 qui passa les frontières du royaume et vint travailler à Meissen, Mayence et Naumburg.

Jubé de la cathédrale de Naumburg

Des liens très forts sont attestées entre les choeur et transept de Reims et le choeur de Naumburg, notamment avec l’utilisation de mêmes principes formels consistant dans une présence de la sculpture très forte, mise en valeur par l’architecture, et par une expressivité des visages très forte rendant les personnages invidualisés.

Marie - détail du Jubé - cathédrale Naumburg

Les statues du margrave et de sa femme dans le choeur de Naumburg peuvent être considérés comme de véritables portraits. Celui d’Uta connut d’ailleurs un destin atypique : considérée comme une figure emblématique de l’art allemand par le régime nazi, elle devint un emblème nationaliste alors même qu’elle représentait une reine polonaise sculptée par des artistes français! Cette même Uta fut repérée par Walt Disney qui en fit un autre emblème en la choisissant pour modèle de la méchante reine de Blanche-Neige.

Margrave Ekkehard de Meissen et son épouse Uta

L’exposition est répartie à travers divers lieux de Naumburg : la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, l’église Notre-Dame, les bâtiments de la clôture, le «Schlösschen» – demeure Renaissance sur la place du marché  –,  et le musée municipal «Hohe Lilie». La chapelle Saint-Jean dans le cimetière et la chapelle Saint-Gilles faisant partie d’une maison canoniale ainsi que le jardin restauré de la cathédrale accueillent les visiteurs.

Fonts baptismaux d'Hildesheim, vers 1226

De nombreux musées français collaborent à cet évènement, notamment le Musée des Monuments Français qui prête plusieurs moulages. Sculptures, orfèvrerie, retables, vitraux… cette exposition pourtant peu relayée par les médias français fait un panorama de l’art entre France et Allemagne autour de 1220.

(lien vers le site de l’exposition – clic sur l’image)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*