Capture d’écran 2011-09-28 à 15.09.37 © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

le Met change de peau

Le Metropolitan Museum of Art de New York a depuis peu changé de peau via son nouveau site internet. C’est l’occasion de (re)découvrir les collections de ce musée et de son département d’art médiéval : The Cloisters. Situé dans un bâtiment annexe au Met, cette section doit son nom aux cinq portions de cloîtres médiévaux européens « empruntés » et remontés à Manhattan.

Ce nouveau site, plus accessible, ludique permet d’accéder beaucoup plus facilement aux collections du musée. Le Met propose également une timeline, décidément dans l’air du temps, retraçant l’histoire de l’art mondial. Ainsi par période (dont on pourrait critiquer la découpe d’ailleurs), par continent puis par pays, le Met propose un résumé politico-historique de la zone géographique choisie, les évènements clés, des liens en rapport avec le sujet et surtout des oeuvres d’art provenant de cette dite période / zone géographique et conservées au musée.

C’est – à mon sens – l’attrait principal de cette nouvelle version, qui comporte toujours quelques lacunes évidentes. Lorsque l’on fait une recherche précise, bien trop souvent les collections n’ont pas été photographiées dans leur intégralité et il faut se contenter d’une notice restreinte.

Les oeuvres « clé » du musée sont toutefois accessibles, notamment la suite des tapisseries de la chasse à la licorne, exécutées autour de 1500 par un atelier de Bruxelles ou de Liège et offerte au Met par John Rockfeller.

(lien vers le département d’art médiéval – clic sur l’image)

Le retable de Mérode, peint par le maître de Flémalle est lui aussi en ligne, tout comme les Heures de Jeanne d’Evreux par Jean Pucelle, la croix romane « the cloisters cross » ou encore les vitraux de Valentin Bousch (liens vers les notices – clic sur l’image). Si l’on peut faire face parfois à des maintenances fréquentes, l’attrait de ce nouveau site est sans conteste. Le succès rencontré par une telle mise en oeuvre devrait inspirer certains de nos musées français dont les sites, bien souvent, manquent cruellement de contenu!

Retable de Mérode - par Robert Campin (?)
Isaïe, par Valentin Bousch, 1533.
The cloisters cross – 12e siècle
Heures de Jeanne d'Evreux, par Jean Pucelle, vers 1324-1328.