Saint Jean Baptiste (détail), début du XIVe siècle © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Le reliquaire byzantin du bras de saint Jean-Baptiste

Depuis hier, le département des Objets d’Art du Louvre expose temporairement un reliquaire en bois réalisé au XIVe siècle et d’origine byzantine. Il s’agit là d’une pièce exceptionnelle, originellement conservée au couvent dominicain de Perpignan, volée puis restituée, mise en dépôt et tout récemment restaurée.

Malheureusement, nous ne possédons qu’une seule image de cette oeuvre (un détail), attisant la curiosité vis à vis de cet objet à l’histoire fascinante. Ce coffret de bois polychrome fut réalisé au début du XIVe siècle sur le territoire byzantin. Il arriva en Occident par la Catalogne, confié aux dominicains de Perpignan en 1323 par un pèlerin en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, pensant le récupérer à son retour. Il contenait alors la relique d’un des bras de saint Jean-Baptiste (depuis transféré dans un autre reliquaire). Le pèlerin ne revint jamais et le prieur dominicain s’adressa alors à l’archevêque d’Athènes afin d’obtenir la transcription des inscriptions en grec sur le pourtour du coffret : il s’agit de citations de la liturgie byzantine du 24 juin, fête de saint Jean-Baptiste. Dès 1407 et officiellement par décret de Benoit XIII en 1410, la relique est dès lors exposée publiquement et opère de nombreux miracles.

Bras - relique de saint Jean-Baptiste

Sur ses deux faces, il est recouvert par un long poème à la gloire du saint, tandis que le couvercle illustre une de ses strophes « tu portes des ailes puisque tu as été égalé aux anges ». L’image est en effet celle de l’ermite à la longue barbe, vêtu de sa peau de bête et d’une tunique, présentant à la fois les écritures et son chef d’une autre main, et muni d’ailes. Il s’agit d’une iconographie apparue à Byzance entre le XIIIe et le XVe siècle. La restauration récemment menée a mis en lumière des couleurs éclatantes, jusqu’alors cachées sous des repeints.

Saint Jean Baptiste (détail), début du XIVe siècle

Une fois le nouveau trésor de la cathédrale de Perpignan achevé, mis aux normes à la fois de sécurité et de conservation, le reliquaire quittera les vitrines du Louvre pour revenir en Catalogne.

À partir du 11 janvier, Musée du Louvre, Aile Richelieu, Département des Objets d’Art, 1er étage, salle 1.

 

2 Comments

  1. Alexis

    Bonjour,
    Le reliquaire est en fait exposé au Louvre depuis plus d’un an. Il est reproduit en noir est blanc dans le catalogue d’exposition Byzance de 1992 (n° 367, le reliquaire était alors disparu) et si mes souvenirs sont bon, en couleurs dans le catalogue d’exposition De Byzance à Istanbul (2009, Grand Palais).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*