vitrail-de-l-ascension © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

le renouveau de la cathédrale du Mans

Après deux ans de chantier, la restauration de la cathédrale Saint-Julien du Mans est bel et bien achevée. En 2009, l’Etat entreprit de lancer plusieurs campagnes de travaux afin de préserver et conserver cet édifice mal connu. Plus de 4 millions d’euros furent nécessaires afin de restaurer une grande partie des baies de l’église, ainsi que la charpente et la couverture.

Saint-Julien du Mans est en effet une cathédrale particulière dans le panorama des grands édifices français, dont l’architecture composite témoigne de l’évolution des formes tout au long de l’époque médiévale. Commencée vers 1060 par l’évêque Vulgrin, elle ne fut achevée qu’en 1430 : ainsi la nef est romane alors que le transept et le choeur sont gothiques. La cathédrale était un chantier permanent, dont on va abandonner l’agrandissement en 1500 faute de moyens.

À l’architecture atypique s’ajoute l’un des joyaux du vitrail français & mondial : la verrière de l’Ascension. Déposée depuis 2004, elle a depuis quelques semaines enfin réintégré sa place au sein de l’édifice.

Au départ démontée pour l’exposition du Louvre dédiée à « la France romane », elle fut ensuite transférée au laboratoire de recherche des Monuments Historiques, à Champs-sur-Marne, où elle fut l’objet de nombreuses études. Les restaurations d’après-guerre avaient en effet laissé des traces sur cette pièce cruciale du patrimoine verrier. Les panneaux furent ensuite restaurés en partie grâce au mécénat de Gaz de France, et ont aujourd’hui repris leur place au Mans.

Dépose de la verrière en 2004- cliché ouest france

Il s’agit en effet du plus ancien vitrail conservé in situ, réalisé entre 1098 et 1120. Il représente l’Ascension du Christ : sur des fonds alternés rouges et bleus, les apôtres sont regroupés par deux ou trois autour de la Vierge couronnée, dans des attitudes empreintes d’une grande vivacité. Cette verrière est malheureusement incomplète (il manque le registre supérieur, représentant le Christ s’élevant) mais est un chef-d’oeuvre de la peinture romane.

Avec un traitement exclusivement linéaire de la peinture, sans aucun modelé ni même profondeur, et une composition uniquement rythmée par les personnages, ce vitrail s’inscrit dans la production du milieu artistique ligérien du XIIe siècle, perceptible également dans l’enluminure et la peinture murale. C’est un chef-d’oeuvre du patrimoine verrier mondial qui réintègre sa place après 7 ans d’errance.

One Comment

  1. Je n’habite pourtant pas très loin du Mans, mais je vous avoue ne jamais avoir visité cette cathédrale. Votre billet me donne envie de réparer cette lacune dès que les beaux jours seront de retour – rien de tel qu’une belle luminosité pour découvrir ce type d’édifice. Merci.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*