w_Bening_L © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Masterpiece 2012 – Londres

Depuis 2010, le succès de la foire d’art de de design londonienne « Masterpiece » ne se dément pas. Comme pour chaque manifestation de ce genre, nous sommes partis à la pêche aux pièces les plus intéressantes, parmi les exposants aux noms désormais célèbres de Sam Fogg, De Backker ou des Enluminures.

Choeur d’anges, Pays-Bas du sud, vers 1450, ©De Backker

Commençons par la sculpture et ce magnifique choeur d’anges du XVe siècle, réalisé par un artiste des pays-bas du sud, fortement influencé par les primitifs flamands. Encore recouvert de quelques traces de dorure et de polychromie, ce fragment faisait sans doute partie d’un ensemble plus vaste, peut être d’un retable sculpté « à la mode de Flandres ».

choeur d’anges (détail), Pays-Bas du sud, vers 1450, ©De Backker

Une Vierge à l’Enfant, provenant de Lorraine, mérite également toute notre attention. Sculptée au XIVe siècle, elle devait prendre place à l’intérieur d’une église ou d’un autre bâtiment religieux, comme l’indique le bon état de conservation du calcaire. Elle représente donc Marie tenant l’Enfant, dans une attitude élégante de contrapposto laissant apparaître sa jambe sous les draperies.

Vierge à l’Enfant, Lorraine, 1350, ©Sam Fogg Ltd

Enfin parmi les pièces sculptées, ou plutôt ici fondues, ce lion aquamanile se distingue par sa qualité d’exécution. Réalisé en bronze doré, il servait au lavage des mains soit lors d’actions liturgiques, soit utilisé dans la vie courante. Fréquemment représenté sous la forme d’un lion, il revêt aussi parfois l’apparence d’un griffon comme l’exemplaire du Louvre ou d’autres animaux. Cet exemplaire aurait été exécuté à Lübeck en Allemagne, faisant partie d’une importante production de ce type de réalisation.

Lion aquamanile, Lübeck, début du XIVe siècle, ©Sam Fogg

Passons ensuite à l’enluminure, avec ces deux feuillets peints par Simon Bening : une Nativité et une Présentation au Temple. Ces deux miniatures provenaient-elles d’un même ouvrage (malgré la présence de petits écoiçons dans une scène et non dans l’autre)?

Nativité, Simon Bening, Bruges, 1520-1530, ©Les Enluminures

Probablement si l’on en juge leurs dimensions identiques. L’artiste propose ici une vue très intimiste de la scène, un « dramatic close-up » fréquemment utilisé dans les oeuvres de Bening. Autre particularité de ces deux miniatures : l’individualisation des visages, particulièrement poussée, rendant encore plus réaliste la scène qui se déroule sous nos yeux.

Présentation au Temple, Simon Bening, Bruges, 1520-1530, ©Les Enluminures

Les Heures Benfield seront aussi exposées : manuscrit peint en deux temps, à la fin du XIVe siècle puis complété au XVe siècle. Initialement réalisé à Bruges et destiné au marché anglais, il fut enluminé par un ou plusieurs artistes dont la particularité est de placer ses scène sous un auvent rose (« the pink canopy group »), et qui était spécialement employé pour le marché anglais.

Heures Benfield, Bruges puis Angleterre, 1390-1400, XVe siècle, ©Sam Fogg Ltd

Le vitrail est lui aussi présent, avec deux panneaux prenant la forme d’extrémités de lancettes à l’intérieur desquelles prennent place saint Laurent et un saint diacre. Peints en grisaille et jaune d’argent, ils sont insérés dans ce qui semble être manifestement un fond recomposé. Réalisés au XVe siècle, ce qui les caractérise le plus réside dans la naïveté de leurs visages, identiques d’ailleurs, dont la forme serait caractéristique de l' »école », du moins du style d’York.

Saint Laurent et un saint diacre, Angleterre (York?), XVe siècle, ©Sam Fogg Ltd

La majolique, qui a récemment fait l’objet d’une exposition au Musée de la Renaissance, est représentée à Londres. Il s’agit d’un récipient sur lequel figure un profil de femme et l’inscription DIA SENA, indiquant la destination de l’objet : il contenait des feuilles de séné, plante utilisée comme purgatif. Ce vase a été réalisé vers 1510 en Italie, sans doute à Deruta, ville connue pour sa céramique.

Vase, Deruta, vers 1510, ©Sam Fogg Ltd

Enfin, terminons par les peintures avec ce coffre en bois peint réalisé vers 1500 en Ombrie. Certainement destiné à un usage religieux, il est recouvert d’une Annonciation d’une facture plutôt grossière, mais qui témoigne d’une production de qualité moindre pour les objets de la vie quotidienne.

Coffre peint, Ombrie, vers 1500©De Backker
Ange (détail), coffre peint, vers 1500, Ombrie, ©De Baccker

Dernière pièce de notre sélection, une Vierge à l’Enfant peinte par un artiste anversois au début du XVIe siècle. Marie donne le sein à Jésus, scène relativement intimiste accentuée par la présence de plusieurs objets du quotidien. Ceux-ci ont aussi une portée symbolique et l’artiste propose une double lecture au spectateur. Le rendu des matières est mis en avant, notamment la douceur de la peau du Christ, la transparence du voile de la Vierge mais aussi la dureté de la pierre de l’appui de fenêtre.

Vierge à l’Enfant, Anvers, vers 1520, ©Sam Fogg Ltd

La foire londonienne ouvrira ses portes dans une semaine, du 28 juin au 4 juillet. Pour plus d’informations : voir le site Masterpice London 2012 et ceux des antiquaires De Backker, Sam Fogg et Les Enluminures.

One Comment

  1. Спасибо!Действительно,,Шедевр,, многому можно научится и всегда удивлятся возможности человеческого таланта.Прекрасно когда есть возможность каждый день обновлять свои знания !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*