©ArteTV

Nouvelle querelle des Anciens et des Modernes? Le vitrail aux cent visages

La cathédrale de Strasbourg abrite l’une des plus grandes surfaces vitrées héritée du Moyen-Âge (XIIe – XIVe siècles), à laquelle s’ajoutent des oeuvres plus récentes :  la Vierge de l’Apocalypse de Max Ingrand (1956) et celles – non figuratives-  réalisées par l’atelier Gruber (1980). Depuis la fin  de l’année 2015, elle accueille un nouveau vitrail : le Christ bénissant, d’après Hans Memling, déployé sur deux baies monumentales par Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot (voir un ancien article sur le Christ bénissant de Memling ici) .

Christ bénissant, Hans Memling, 1481, Museum of Fine Arts, Boston
Christ bénissant, Hans Memling, 1481, Museum of Fine Arts, Boston
Christ bénissant, Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, 2015
Christ bénissant, Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, 2015

L’oeuvre a été insérée dans la chapelle Sainte-Catherine, située dans le bras sud du transept. Érigée entre 1340 et 1371 sur l’ordre de l’évêque Berthold de Bucheck (évêque de 1328 à 1353) par le maître d’œuvre Gerlach (1339-1371), petit-fils de l’architecte Erwin, elle est structurée comme une châsse et se compose de deux travées ouvertes par de grandes baies. Elle est ornée d’un programme de vitraux hagiographiques représentant les apôtres et les saintes Marie-Madeleine et Marthe; ces verrières ont été réalisées au XIVe siècle par le peintre verrier Johann de Kirchheim. Seules les baies ouest, déposées au XVIIe siècle, manquent à l’appel. Aux vitraux s’ajoute un ensemble sculpté du XIVe siècle composé de plusieurs statues de saints. La chapelle Sainte-Catherine constitue aujourd’hui un ensemble cohérent dans l’architecture et l’histoire de la cathédrale, modifié au XVIe siècle au niveau des voûtes, puis par la destruction d’un sépulcre et de deux baies au XVIIe siècle.

Chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg
Chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg

À l’occasion du millénaire de la fondation de la cathédrale (2014-2015), l’État décide d’engager une procédure de commande publique pour la création d’un vitrail contemporain. À l’issue d’un concours, le projet de Véronique Ellena et de Pierre-Alain Parot est retenu : il concerne les baies vides de la chapelle Sainte-Catherine. « C’est un véritable dispositif que l’artiste a souhaité ainsi mettre en place, après avoir constaté que le volume vertical de la chapelle favorisait une vision rapprochée de la baie, ne permettant la visibilité de la totalité que d’un point de vue particulier.

Attentive à préserver l’harmonie lumineuse et chromatique avec l’ensemble majeur des vitraux existants, qui renvoient eux-mêmes à l’architecture, la proposition de l’artiste s’inscrit dans son époque, par l’usage de la photographie notamment, conjugué à un procédé technique innovant choisi par le maître verrier.

Détail du Christ et des portraits d'anonymes ©Véronique Ellena
Détail du Christ et des portraits d’anonymes ©Véronique Ellena

1

©Pierre-Alain Parot
©Pierre-Alain Parot

En s’inspirant d’une déclaration prêtée à Sainte-Catherine d’Alexandrie, Véronique Ellena a choisi comme sujets de ses photographies des éléments naturels locaux, tels que décrits dans le texte rapporté par l’histoire de la sainte : paysages, plantes et fleurs, mais aussi visages humains. » (DRAC Alsace)

©Pierre-Alain Parot
©Pierre-Alain Parot

La mise en oeuvre d’une telle réalisation doit satisfaire plusieurs critères : le discernement opéré dans le choix des artistes, la liberté laissée à l’authenticité plastique de leur invention, et l’inscription du vitrail dans le génie du lieu. L’insertion d’une oeuvre contemporaine dans un ensemble architectural du XIVe siècle, dont le décor est conservé dans son intégrité (ou presque) a fait réagir des noms prestigieux de l’histoire de l’art : Albert Chatelet ou encore Roland Recht dénoncent un « contraste épouvantable ». « C’est comme si l’on voulait ajouter une nouvelle fresque aux peintures murales de Giotto à la basilique d’Assise ». (voir d’autres réactions sur le site de L’Express). Les deux vitraux ont été installés en septembre 2015 et inaugurés lors des journées du Patrimoine.

Vue de la chapelle Sainte-Catherine ©Véronique Ellena
Vue de la chapelle Sainte-Catherine ©Véronique Ellena
Vitraux de Johann de Kirchheim, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg
Vitraux de Johann de Kirchheim, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg

Site de Pierre-Alain Parot : http://www.atelier-parot.fr/album-photos/veronique-ellena/
Site de Véronique Ellena : http://veronique-ellena.net
Site du millénaire de la cathédrale de Strasbourg : http://www.1000cathedrale.strasbourg.eu

One Trackback

  1. By Christ bénissant – Classe de 3e1- SMN technologie 8 mars 2016 at 19 h 39 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*