Fragment de retable, vers 1500. © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Pan Amsterdam – sélection d’oeuvres

Du 20 au 27 novembre aura lieu le salon Pan Amsterdam. Ce grand évènement réunit pendant une semaine les antiquaires les plus réputés de Hollande et de Belgique, et parmi eux, quelques spécialistes de l’art médiéval. Voici un petit tour d’horizon de la production médiévale exposée, peu mise en valeur sur ce salon!

Diptyque, vers 1350.

La première d’entre elle est un petit diptyque en ivoire à quatre registres, représentant successivement l’Annonciation, la Nativité, la Présentation au Temple et la Crucifixion. Chaque scène est délimitée par un encadrement architecturé surmonté par des dais gothiques constitués d’arcatures trilobées et de gâbles finement sculptés.

De petite taille (10cm de haut pour 8cm de large – par volet-), ce diptyque était sans doute un objet de dévotion privée, portatif. Les antiquaires de Backker situent sa réalisation autour de 1350 dans le nord de la France.

Une autre oeuvre retient notre attention : cette Vierge à l’Enfant, dite aussi Sedes Sapientiae ou trône de Sagesse. En bois sculpté polychrome, elle serait selon l’identification de Baccker, du début du XIIIe siècle, originaire d’Ombrie. De qualité somme toute assez médiocre, elle est un exemple de ce type de représentation dont l’origine remonte au Xe siècle.

Vierge en majesté, Ms 145, Bibliothèque de Clermont-Fd.Xe ou XIe siècle.

Les antiquaires belges proposent également une copie d’un tableau perdu du peintre flamand Hugo van der Goes, représentant la Nativité. Il aurait été réalisé vers 1500, soit environ vingt ans après sa mort.

Si la perspective à point de fuite unique placée derrière la scène, représentant successivement l’architecture intérieure de l’étable, puis son auvent, les bergers et le paysage extérieur rappellent effectivement les us d’Hugo van der Goes, tout comme la composition et les anges voletant en groupe autour de la scène, en revanche la facture diffère de la main du maître. Sans doute est-ce la raison de cette attribution tardive d’un copieur de l’artiste.

Enfin, l’une des pièces les plus intéressantes exposées est ce fragment sculpté de retable qui a conservé sa polychromie d’origine, daté des années 1500. Il représente deux cavaliers : un personnage, semble-t-il un roi, richement vêtu et couronné, s’adressant à un soldat. Détail intéressant : ce dernier porte une armure contemporaine. La qualité de la sculpture, la richesse des ornements et la vivacité de la composition (les personnages semblent animés) font de ce bout de chêne sculpté l’oeuvre la plus aboutie de cette sélection. Cette pièce fait partie des collections des antiquaires Bruil & Brandsma, qui situent sa réalisation dans les Pays-Bas septentrionaux.

Fragment de retable, Pays-Bas septentrionaux, vers 1500.

Malgré tout, le nombre d’oeuvres médiévales présentées à la Pan Amsterdam est décevant pour ce salon d’envergure internationale. Si sans doute quelques unes nous ont échappé, la production médiévale n’occupe qu’une infime partie des stands, en espérant que la TEFAF de Maastricht apporte un peu plus de contentement en mars prochain!

Sources : De Baccker, Bruil & Brandsma & Pan Amsterdam

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*