Décor peint, milieu du 14e siècle © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Peintures murales anglaises en ligne

Le Churches Conservation Trust, organisme anglais chargé de protéger les églises dites « à risques » a un nouveau site internet, l’occasion pour nous de parler de cette fondation rapidement devenue indispensable.

Cet organisme, crée en 1969 par le Parlement et l’Eglise d’Angleterre, est dédié à la conservation des églises qui ne sont plus ouvertes au culte. Ainsi plus de 300 édifices ont pu être sauvés et restaurés grâce à des bénévoles. Sur les 341 églises concernées, près de 80 possèdent des peintures murales, du 12e au 19e siècle, pour la plupart quasiment méconnues.

Ange buccinateur - 15e siècle

Le CCT se lança alors dans le projet à la fois de restaurer ces oeuvres, mais également de les faire connaître et les rendre accessible au public. Ainsi, sur leur site, ils mirent en ligne à la fois toutes les photos de ces peintures murales, mais également toute une documentation entièrement dédiée à l’histoire de la peinture murale, à l’iconographie et aux thèmes développés dans ces cycles, les techniques employées, les artistes… Ainsi chaque fresque est accompagnée d’une notice complète. Ce projet est supervisé par des spécialistes : historiens d’art, restaurateurs et photographes, qui assurent une rigueur scientifique à l’entreprise.

Vestiges d'un décor peint du 13e siècle

Cette initiative permet ainsi à la fois de faire connaître un patrimoine méconnu et parfois en péril, et d’approcher de près ces peintures murales médiévales, témoins d’un temps où les églises étaient peintes. En France, il existe deux sites à peu près équivalents,  aux cadres chronologique (l’art roman) et géographique (le sud de la France) limités. Malheureusement la liste des édifices menacés en France augmente régulièrement, dénombrés par Benoît de Sagazan sur son blog, et il reste à espérer qu’une telle entreprise soit un jour mise en place.

Décor peint, milieu du 14e siècle

Lien vers le site du CCT (clic sur l’image)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*