Trinité souffrante, 1471, Strasbourg © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Peter Hemmel, peintre de panneaux?

Hier, le Getty Museum annonçait l’acquisition de plusieurs oeuvres, dont une Trinité souffrante entourée de la Vierge et de saints, datée de 1479. Ce panneau ne nous est pas inconnu : il était jusqu’à fin janvier exposé par Sam Fogg et Richard Feigen à New York. Initialement présenté comme une oeuvre du maître des rondels de Coburg, le Getty Museum l’attribue aujourd’hui directement à l’atelier de Peter Hemmel d’Andlau. Quoi qu’il en soit, ces deux attributions situent précisément l’exécution de ce panneau à Strasbourg, dans la seconde moitié du XVe siècle.

Trinité souffrante entourée de la Vierge, saint Jean, saint Etienne, saint Laurent et donateur, Strasbourg, 1479

À cette époque, la production est clairement dominée par la figure de Peter Hemmel : peintre verrier originaire d’Andlau. Il forma une sorte de coopérative avec quatre autres peintres verriers dans le but de répondre à une commande massive et d’organiser à une vaste échelle, un système d’exportation. Il s’agit là d’une entreprise ambitieuse qui attira rapidement une clientèle étrangère. Le maître des rondels de Coburg, à qui Sam Fogg attribuait l’exécution de cette Trinité, aussi connu sous le nom de convention de maître des études de draperie, était un cartonnier qui aurait, semble-t-il, pu collaborer avec la Werkstattsgemeinschaft de P. Hemmel.

Lavement des pieds, attribué à Peter Hemmel, 1478-1481, musée de l'oeuvre Notre-Dame, Strasbourg

Cette association proposait une production unifiée, caractérisée « par des figurations intenséments colorées, enserrées dans des réseaux d’architectures arborescentes peintes sur des verres clairs, qui s’enlèvent sur des fonds damassés de couleurs vives » (F. Gatouillat – Dictionnaire d’Histoire de l’Art du Moyen Âge occidental). On l’appelle alors « Strossburg Finster » : la verrière à la mode de Strasbourg.

Christ, Werkstattgemeinschaft de Strasbourg, vers 1480 - Met Museum

Si l’attribution au milieu strasbourgeois ne fait aucun doute, en revanche l’identification d’un panneau peint de Peter Hemmel est une première! Seuls ses vitraux sont connus, et encore! Les vingt-cinq premières années de son activité restent assez méconnues et l’on ne peut lui attribuer précisément d’oeuvres. Quant à la suite avec la Werkstattsgemeinschaft, le système de production collective empêche dès lors d’identifier avec précision l’intervention de tel ou tel maître.

Trinité souffrante, 1471, Strasbourg

De  même, l’activité de peintre de Peter Hemmel a-t-elle été déjà mentionnée? Bien entendu la polyvalence des métiers artistiques au Moyen Âge rendent cette hypothèse tout à fait valable (comme Arnoult de Nimègue par exemple), mais est-il désigné comme peintre de retable dans les sources parallèlement à sa qualité de peintre verrier? N’étant pas spécialiste de Peter Hemmel je ne pourrais trancher. Le catalogue de la prochaine exposition du Getty Museum « Dessins allemands et suisses de la Renaissance 1470-1600 », dont le panneau fera partie, amènera peut-être des éléments de réponse.

Sources : Getty Museum

2 Comments

  1. Bonjour,

    Travaillant également à un article sur cette acquisition, je vous signale que « Artdaily » n’est pas une « source ». C’est un site qui se contente de reprendre les communiqués de presse qu’on lui envoie. Ceci est fort utile au demeurant, mais l’ « article » auquel vous vous référez n’est autre que le communiqué du Getty.

    Bien cordialement

    DR

One Trackback

  1. By Évènement : TEFAF 2012 - l'art médiéval au premier plan | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! 2 mars 2012 at 9 h 14 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*