Pleurants au Metropolitan Museum of Art - New York © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Pleurants en liberté

Les pleurants des tombeaux des ducs de Bourgogne, conservés au Musée des Beaux-Arts de Dijon, s’émancipent. La rénovation de l’ancien palais des ducs implique en effet la fermeture des salles dédiées à la chartreuse de Champmol où l’on pouvait jusque là contempler les tombeaux de Jean sans Peur et Philippe le Hardi ainsi que les retables peints entre autre par Melchior Broederlam.

Dieu le Père, par Melchior Broederlam

(voir l’article sur Dijon – clic sur l’image)

Le musée profite de cette pause pour faire restaurer ces panneaux peints, mais les tombeaux, difficilement transportables sont protégés par un imposant coffrage pendant la durée des travaux (prévus jusqu’en 2012). À cette occasion, les pleurants, situés au registre inférieur des deux sépultures, sortent de leur carcan d’albâtre pour être exposés de manière inédite!

Tombeau de Philippe le Hardi
Tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière

Les pleurants du tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière voyagent en effet depuis 2010 à travers les Etats-Unis, ambassadeurs de choix du musée bourguignon. Sculptés par Jean de la Huerta et Antoine Moiturier, les 40 pleurants (39 du musée des Beaux-Arts + 1 conservé à Cleveland) sont actuellement « en tournée » divisée en sept étapes majeures, dont le Metropolitan Museum de New York fut le premier arrêt. Après le Los Angeles County Museum of Art cet été, ils sont actuellement accueillis par le Legion of Honor de San Francisco jusqu’en janvier 2012, pour terminer leur périple à Richmond, au Virginia Museum of Fine Arts en avril 2012, date à laquelle ils réintégreront le palais bourguignon. Le FRAME (French Regional American Museum Exchange) propose une exposition virtuelle, permettant d’admirer ces statues individuellement et sous tous les angles. Cette même ressource s’applique également aux tombeaux ainsi qu’aux arcades gothiques abritant in situ les pleurants.

Pendant ce temps, les pleurants du tombeau de Philippe le Hardi, exécutés par Jean de Marville, Claus de Werve et Claus Sluter à la fin du XIVe siècle, restent au musée, exposés eux aussi en dehors des arcatures gothiques de la sépulture du duc. Le musée des Beaux-Arts signe une opération médiatique réussie, tournant à son avantage la restauration du palais des ducs en une occasion unique de découvrir ces chef-d’oeuvres de la sculpture gothique comme on les a jamais vu.

Pleurants du tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière au Metropolitan Museum of Art - New York
Pleurants du tombeau de Philippe le Hardi - Musée des Beaux-Arts de Dijon

http://culturebox.france3.fr/all/24670/le-succes-des-pleurants-de-dijon-en-amerique#/all/24670/le-succes-des-pleurants-de-dijon-en-amerique

Sources : 

« The Mourners » : site mis en ligne par le FRAME (clic sur l’image)

Musée des Beaux-Arts de Dijon : http://mba.dijon.fr/musee.html

One Comment

  1. Thanx for that work, sustain the great function Fantastic perform, I’m likely to start off a modest Website Engine training course function employing your internet site I am hoping you appreciate running a blog together with the well-liked BlogEngine.web.Thethoughts you express are genuinely great. Wish you may proper some a lot more posts.

One Trackback

  1. By Larmes d'albâtre : les pleurants du tombeau de Jean sans Peur | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! 27 février 2013 at 6 h 15 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*