IMG_1775 © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Premier coup d’oeil sur le Christ de Pitié de Jean Malouel

Christ de Pitié, Jean Malouel, Musée du Louvre

Le Christ de Pitié de Jean Malouel est enfin exposé au Louvre, à côté de la fameuse Pietà ronde et non loin du retable de Saint-Denis, oeuvres également attribuées au peintre de la cour de Bourgogne. Le Louvre, rappelons-le, possède désormais la plus grande collection de tableaux de Jean Malouel, qui ne sont certes pas très nombreux.

Christ de Pitié (Pietà ronde) - Christ de Vic-le-Comte

D’emblée la similitude des deux Christ frappe le spectateur. Le même lavis très doux se retrouve d’un visage à l’autre, marqué par une teinte plus grisâtre que le reste du corps. D’autres éléments formels (nez, couleur de la barbe et des cheveux, forme des visages) viennent s’ajouter à l’impression de parenté entre ces deux Christ de pitié.

Revenons sur le panneau de Vic-le-Comte : plus que dans la pietà ronde, Jésus est entouré d’un halo blanc renforcé par la vive couleurs des personnages qui l’entourent. Les teintes rouge éclatant du manteau de saint Jean, bleu sombre de la Vierge, les ailes multicolores des anges et de leurs habits contrastent avec la pâleur du corps du Christ et le linceul blanc dans lequel Jean l’enveloppe.

Les détails ornementaux, s’ils sont totalement absent du fond doré (incisé toutefois afin de matérialiser les nimbes), sont finement insérés dans la composition sur les galons des vêtements et des parures.

Les outrages du temps sont clairement visibles, notamment sur une « bande verticale » où la peinture est totalement absente, et par endroit un glacis qui a disparu.

Ce premier coup d’oeil remplit donc toutes nos attentes! La contemplation de ce Christ de Pitié est aussi l’occasion de redécouvrir la très belle collection des peintures médiévales du Louvre, dont les Malouel ne représentent qu’une petite partie.

One Comment

  1. Claudine VALLIN

    L’évènement fut rapidement connu et diffusé ds notre Région, la déception et une forme de colère ne se sont pas apaisées chez les Humanistes ou Spécialistes locaux, devant cette perte inestimable et l’imbécilité ordinaire.

One Trackback

  1. By Der “Christ de Pitié” im Louvre 16 mai 2012 at 20 h 25 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*