Capture d’écran 2012-06-20 à 17.26.47 © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Sauvetage des vitraux de la cathédrale de Coventry

Les cryptes de la cathédrale de Coventry abritent, depuis la seconde guerre mondiale, toute la vitrerie de l’ancienne cathédrale Saint-Michel, bombardée en 1940 et dont il ne reste aujourd’hui que des ruines. Inscrit sur la liste du World Monuments Fund 2012 Watch List après l’apparition d’une large fissure sur ses murs, l’édifice a aujourd’hui récolté la somme nécessaire à la restauration de sa structure et des vitraux originaux du XVe siècle.

Ceux-ci sont pour l’occasion sortis des caisses où ils étaient entreposés depuis 1940 (une dépose préventive avant la guerre les a sauvé). Ils vont être transportés à la Herbert Art Gallery and Museum afin d’être analysés et restaurés jusqu’en août. Pendant ce temps, le public pourra assister aux restaurations et découvrir peu à peu ce patrimoine caché pendant 70 ans.

Depuis la reconstruction de la nouvelle cathédrale, en 1955, la volonté d’insérer le vitrail médiéval de l’ancien édifice a toujours été présent dans les différents projets. En 1965, 1980 puis 1992, certains vestiges sont réinsérés et recomposés pour former des vitraux « mosaïques » au sein de l’architecture actuelle. Il restait néanmoins plusieurs milliers de fragments de vitraux toujours en caisses, datant de la fin du XIVe- début du XVe siècle.

tête – fragment début du XVe siècle par John Thornton, Coventry

Une étude récente a mis en lumière la similitude de certains des fragments avec la production de John Thornton, peintre verrier célèbre pour son oeuvre majeure : « The Great East Window » à York Minster, dont nous avions parlé il y a quelques temps. Originaire de Coventry, son travail est conservé dans d’autres églises de la ville. John Thornton a joué un grand rôle dans la diffusion du gothique international dans les vitraux anglais. Ses visages, très expressifs, sont caractérisés par un emploi assez intense de la grisaille, soulignant tous les traits d’un épais cerne noir, créant ainsi de multiples ombres.

Christ (détail), John Thornton, début du XVe siècle, Coventry

 Les futures analyses et restaurations s’annoncent donc très prometteuses. Mais que fera la cathédrale de ces multiples fragments de vitraux? S’il semble délicat de les remonter dans l’édifice récent, les conservateurs et chercheurs en charge du projet veulent mettre en avant ce patrimoine oublié, et le laisser accessible au public . Affaire à suivre dans les prochains mois…

Visage (détail), John Thornton, début du XVe siècle, Coventry

Pour plus de détails concernant l’historique du vitrage médiéval de l’ancienne cathédrale de Coventry : voir l’article de Vidimus.

 La restauration des ruines et du vitrage de la cathédrale a été en partie financée par le mécénat de grandes entreprises. Menacé en France, il est pourtant indispensable à la sauvegarde du patrimoine : une pétition en ligne est disponible ici.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*