Usson © 2011 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Sur les terres des Bourbon : l’armorial de Revel

Ce séjour auvergnat continue avec l’armorial de Revel et ses vues de châteaux, villes et places fortes au milieu du XVe siècle. Vers 1450, Charles Ier, duc de Bourbon, demande à son héraut d’armes Guillaume Revel de répertorier en un recueil les armoiries des familles vivant sur ses terres. Ce manuscrit, riche de 500 pages enluminées, est un véritable instantané de l’architecture civile et militaire de la Haute-Auvergne, du Forez et du Bourbonnais. Ce projet trop ambitieux ne fut que partiellement réalisé (seules 100 pages sur 400) par une équipe de plusieurs intervenants : Guillaume Revel se réservant les éléments héraldiques, et deux autres peintres qui se déplaçaient de site en site afin de faire des relevés très précis des topographies et des bâtiments.

Charles VII et Marie d'Anjou

Dédié au roi de France Charles VII, ce manuscrit commence par des représentations des divers membres de la famille des Bourbon, de saint Louis et sa femme Marguerite de Provence et bien sûr du couple royal. Les nombreux blasons (il s’agit avant tout d’un armorial) sont souvent surmontées de châteaux aujourd’hui disparus, et de villes aux physionomies aujourd’hui bien différentes!

Clermont

Ainsi, Clermont, ceint de muraille, n’était pas encore relié à Montferrand et ses alentours n’étaient que simples faubourgs. Cela permet également de restituer certains vestiges aujourd’hui noyés dans la masse des bâtiments modernes, comme la Sainte Chapelle de Riom de Guy de Damartin, autrefois intégrée au château, aujourd’hui accolée au palais de justice.

Riom

Ce qui frappe le plus, hormis la physionomie des villes, c’est le nombre de châteaux présents dans les bourgs les plus modestes, aujourd’hui tous entièrement détruits. En Limagne notamment, chaque motte était surmontée d’un complexe castral, dont Richelieu a fait méthodiquement raser le moindre vestige. Les Bourbon étaient en effet les maîtres de puissantes places fortes, protégeant le Dauphiné et leurs terres, une menace en ces temps troublés. Ainsi, le fameux château d’Usson où la reine Margot s’exila pendant 19 ans fut démantelé et il n’en reste aujourd’hui que quelques pierres!

Usson

La ville de Moulins figure également dans ce recueil. Si aujourd’hui elle ne se distingue pas plus que les autres villes de la région, à l’époque elle était la capitale des ducs de Bourbon, foyer artistique dynamique qui vit l’apogée du fameux « maître de Moulins » Jean Hey. La miniature permet de saisir l’importance du complexe castral qui abritait cette puissante dynastie.

Moulins

Cet armorial, librement consultable sur le site de la BNF, est à la fois un témoin touchant par la naïveté de ses traits et un outil précieux qui nous replonge sur les terres des ducs de Bourbon, puissants seigneurs et grands du royaume.

Paris, Bibl. Nat. ms. fr. 22297

3 Comments

  1. Bonjour,
    Pour info, il existe dans ma commune, St Marcellin en Forez (Loire), un musée consacré à cet armorial:

    http://www.saintmarcellinenforez.com/index.php?option=com_content&view=article&id=161:saint-marcellin-place-forte-du-forez&catid=87:tourisme&Itemid=154

    Dont la visite est gratuite.
    Et bravo pour ce site!

    Daniel

  2. Linda

    Thankyou for posting this. One big problem I have no French to translate 🙁

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*