Jeune homme et la mort, livre d'heures de Margaret de Beaufort, réalisé en Normandie (Coutances?) vers 1440-1445, by permission of the master and fellows of St John's College, Cambridge by permission of the master and fellows of St John's College, Cambridge

« The moving word » : les manuscrits français de Cambridge

La bibliothèque de l’université de Cambridge consacre sa nouvelle exposition aux manuscrits français du bas Moyen Âge issus de ses collections. « The moving word » s’intéresse aux transferts de connaissances dans l’Europe médiévale entre 1150 et 1530, alors que le français est une langue utilisée pour les échanges commerciaux mais également la transmission du savoir. La situation politique de l’Angleterre a aussi confronté ses habitants à la langue française à deux grandes reprises : après la conquête de Guillaume le Conquérant en 1066 et pendant la guerre de Cent ans où la puissance anglaise domine le duché de Normandie.

Guillaume le Conquérant, Chronique historique, University of Cambridge, MS Dd. 3,58
Guillaume le Conquérant,
Chronique historique, University of Cambridge, MS Dd. 3,58, XIIIe siècle.

Le succès de grands romans comme le Roman de la Rose ou Blanchardin et Eglantine introduisent également la littérature française en Angleterre : les nombreux exemplaires de Cambridge en témoignent. Ces manuscrits occupaient toutefois une place marginale dans la bibliothèque médiévale de l’université comme le montrent les précieux inventaires de l’institution, le plus ancien remontant au XIVe siècle (!!). L’enseignement académique y étant délivré en latin jusqu’au XVIIIe siècle, les achats d’ouvrages de langue vernaculaire n’étaient pas prioritaires. Les fonds ont toutefois bénéficié du grand patronage de Margaret Beaufort, la mère du roi Henri VII qui a laissé à l’institution plusieurs de ses livres.

L'amant endormi Le Roman de la Rose, par Jean de Meung et Guillaume de Lorris, Université de Cambridge, MS Gg. 4.6. f° 3r° Miniature par Richard de Montbaston, 1330-1340
L’amant endormi
Le Roman de la Rose, par Jean de Meung et Guillaume de Lorris, Université de Cambridge, MS Gg. 4.6. f° 3r°
Miniature par Richard de Montbaston, 1330-1340

L’exposition profite de la numérisation d’une grande partie de ces manuscrits désormais accessibles sur la bibliothèque digitale de l’université. La version en ligne de « The moving world » permet d’apprécier et d’admirer les fleurons français de cette légendaire bibliothèque (ici).

The moving word : french medieval manuscripts in Cambridge, Bibliothèque de l’université de Cambridge, jusqu’au 17 avril 2014

One Trackback

  1. By "The moving world" : les manuscrits f... 12 février 2014 at 0 h 16 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*