Crucifixion, groupe sculpté du XIIIe siècle, ©Louvre © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Un mécénat très particulier(s)!

La culture a besoin de vous! C’est en ces termes que s’adressent, en ce moment, tous les musées de France et de Navarre, aux amateurs d’art. L’appel à des particuliers n’est pas une nouvelle chose dans le mécénat français, mais il a pris un tournant significatif  il y a peu, avec la collaboration du Centre des Monuments Nationaux et de My Major Company, le célèbre site participatif.

Désormais, les particuliers peuvent participer à l’entretien du Mont-Saint-Michel et à la rénovation de son pont-levis, ou encore fournir les fonds nécessaires à la restauration de dame Carcas, la figure légendaire de Carcassonne, dont la statue est très endommagée. Les terrains sont en effet balisés et seuls quelques chantiers bénéficieront de l’appui financier du public. Le CMN n’est toutefois pas le seul, en ce moment, à faire appel au porte-monnaie des français.

Crucifixion, groupe sculpté du XIIIe siècle, ©Louvre

Le Louvre projète en effet l’acquisition des deux dernières statuettes manquantes au groupe de la Crucifixion, composé de cinq statuettes en ivoire. Délicatement sculptées, elles forment l’un des chef-d’oeuvres du gothique français du XIIIe siècle. La récente identification des deux oeuvres manquantes, alors conservées dans une collection privée, a convaincu le Louvre de faire appel au mécénat d’entreprise (AXA aurait fourni pas moins de 65% de la somme) et à un mécénat ouvert à tous.

Présentation au Temple, Heures de Jeanne de France, 1452 ©Christie’s France

Idem pour la BnF, qui lorgne elle aussi sur un trésor national : les heures de Jeanne de France, réalisées à l’occasion des noces de la troisième fille de Charles VII avec le comte de Clermont, en 1452. De la même façon, 75% de la somme a été collectée via des fonds privés et en appelle aux dons pour les 250 000€ restant (la somme totale se montant à environ un million d’euros). Contrepartie oblige, une fois acquise, cette oeuvre serait totalement numérisée et accessible à tous via Gallica (… encore heureux!).

Vierge à l’Enfant, entourage des Guntersumer, vers 1500 ©Musée Unterlinden

Plus modestement, le musée Unterlinden de Colmar souhaite acquérir une Vierge à l’Enfant, sculptée vers 1500 dans l’entourage des Guntersumer. La statue ayant été restaurée au XIXe siècle par Théophile Klem, ancien président de l’association qui gère encore à l’heure actuelle le musée. L’opération débute à peine afin de récolter les 30 000€ nécessaires à son acquisition.

Pour participer à l’achat :
des statuettes du Louvre : http://tousmecenes.com/acquisition_ivoires/#/home
des Heures de Jeanne de France : http://www.bnf.fr/fr/anx_mecenat/a.mecenat_jeanne_france.html  
de la Vierge à l’Enfant : http://mecenat.musee-unterlinden.com/fr/Vierge-a-lEnfant-24.html?idProduit=13&idRubrique=100114&idLiaison=158&idUnivers=1 

et à l’entretien des édifices du CMN :
http://www.mymajorcompany.com/projects(all/direct/11) 

One Trackback

  1. By Un mécénat très particulier(s)! | On dit médiéval, pas moyenâgeux ! | patrimoine et archéologie Wallonie-Bruxelles-Belgique-Europe | Scoop.it 17 novembre 2012 at 9 h 55 min

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*