Crucifixion (détail), vers 1250-1270 ©Sotheby's © 2012 Caroline Blondeau-Morizot. All rights reserved.

Vitraux gothiques chez Sotheby’s

Demain chez Sotheby’s France seront proposés à la vente deux fragments d’un vitrail monumental provenant de l’ancienne église des Dominicains de Strasbourg. Ils font partie du programme de vitrage de l’édifice le plus ancien au milieu du XIIIe siècle. Françoise Gatouillat, du Centre Chastel, a identifié l’origine de ces deux fragments en 2004, provenant d’une série dont plusieurs panneaux sont aujourd’hui disséminés dans diverses collections. Tous appartenaient à un arbre de Jessé monumental, installé dans l’église entre 1254 et 1260.

Baiser de Judas, vers 1250-1260 ©Sotheby's

Après la transformation de l’église en bibliothèque, puis sa destruction en 1870, les vitraux étaient destinées à être remployés dans les fenêtres de la cathédrale de Strasbourg. Ces panneaux se trouvaient depuis 1850 dans l’atelier du peintre verrier Albert Sigel où ils attendaient d’être restaurés. Ils sont ensuite passés en mains privées jusqu’à leur vente demain à Paris.

Crucifixion, vers 1250-1260, ©Sotheby's

Ils représentent deux scènes de la Passion du Christ : le baiser de Judas et la Crucifixion, encadrés selon la même disposition soit dans un médaillon polylobé ourlé d’un filet rouge. Ce médaillon est pris dans un enchevêtrement de rameaux matérialisant l’arbre de Jessé.

Crucifixion (détail), vers 1250-1270 ©Sotheby's

Ces deux vitraux du XIIIe siècle sont très soumis au cadre qui les entoure et dont ils tentent de se détacher : la composition et les personnages prennent appui sur les bords du polylobe. Les deux scènes, l’une assez statique, l’autre plus vivante, sont générées par des personnages tout en courbes et contre-courbes, s’adaptant manifestement à la forme de l’encadrement. Enfin les visages sont peints grâce à des traits épais de grisaille sur un lavis, stylisant les traits des différents protagonistes. D’autres médaillons sont conservés notamment au Musée de l’oeuvre Notre-Dame de Strasbourg, reprenant la même disposition.

scènes de la légende de saint Thomas, vers 1250-1260, Musée de l'Oeuvre Notre-Dame, Strasbourg

Pour les amateurs (ou les collectionneurs), ces vitraux sont estimés entre 50 000 et 70 000€ chacun; la vente aura lieu demain à 14h30, 76 rue du faubourg Saint-Honoré au siège de Sotheby’s.

3 Comments

  1. Association .WITRAZE 2000; Paris XVI...

    C’est dommage que ces vitraux seront vendus séparément… ce sera mieux de les réunir dans un endroit comme p.ex. Musée Cluny à Paris ou le Musée des Oeuvres de Notre Dame à Strasbourg, bien restaurer et exposer en
    présentation permanente…pour que le public puissent les admirer…

  2. CaroB

    Qui sait, si ça se trouve ils ne passeront pas en mains privées… la réponse cet après-midi!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked:*

*