Site Overlay

Arts du théâtre : diverses formes de danse en Inde

Les Indiens ont créé diverses formes de danse pour célébrer les occasions, exprimer la joie et surtout pour adorer leurs dieux et déesses. 

Les célèbres grottes d’Ajanta et d’Ellora et de nombreux autres monuments reflètent cette culture à travers les sculptures inscrites dans les murs. Le dieu Nataraja est le dieu de la danse dont les sculptures le dépeignent en train de danser et de triompher du mal. Il existe en Inde une grande variété de formes de danse différentes en fonction de la situation géographique et de la condition socio-économique des États et régions cariés. 

Le Bharata Natyam s’est épanoui dans les cours royales et les temples de l’Inde ancienne. Finalement, au XIXe siècle, il a été codifié et certifié en tant qu’art du spectacle. Le Tanjore Quartet a apporté une grande contribution à cette forme de danse en réalisant de grandes compositions musicales. Le Bharata Natyam était également pratiqué par les Devadasi, des femmes qui consacraient leur vie au temple et qui dansaient pour plaire aux dieux et aux déesses dans le cadre de rituels religieux. Le Bharata Natyam donne l’occasion aux hommes et aux femmes de mettre en valeur leurs talents de danseurs. Au fil du temps, les gens ont commencé à reconnaître ce talent et à le présenter sur une plus grande plateforme. Rukmini Devi Arundale et E Krishna Iyer ont été les figures de proue qui ont été responsables de l’éducation de cet art classique. De nombreuses universités décernent des diplômes de fin d’études et de post-diplôme en Bharata Natyam. Le domaine est très élaboré en raison de la grande étendue du mouvement, des postures, des expressions faciales et du mime stylisé. 

Une danse typique : Kathak

Le Kathak est la forme de danse entretenue par les nomades du nord de l’Inde. Le mot “Kathak” signifie “conteur” car son interprète dépeint l’histoire à l’aide des expressions faciales et des gestes des mains. Les danseurs portent des clochettes ou “Ghungru” aux pieds et leur jeu de pieds est synchronisé avec les instruments classiques indiens qui les accompagnent, tels que le Pakhawaj ou le Tabla, à une vitesse fulgurante. Les spectacles ont lieu sur les places des temples et des villages. Les thèmes de ces danses étaient des histoires tirées d’épopées morales et mythologiques. Des chants et de la musique instrumentale ajoutaient à l’illusion réaliste de l’histoire. Pendant l’ère des Mogols, cette forme d’art a gagné en reconnaissance et les danseurs ont été encouragés à se produire dans les palais royaux. Pour plaire aux souverains amateurs d’art, on s’efforça d’affiner l’art et on y ajouta des aspects et des rythmes plus dramatiques. Banaras, Jaipur et Luckhnow sont les viviers de cet art raffiné.

Les Kuchipudi se sont nourris dans un village de Kuchelapuram, dans l’état d’Andhra Pradesh, situé dans le sud. Cette forme de danse est célèbre pour son jeu de pieds rapide et ses girations corporelles “sculpturales”. C’est une forme de danse dans laquelle le danseur prononce certains dialogues et utilise à d’autres moments des expressions faciales et des gestes de la main.

Koodiyattam, le chef d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité

Le Koodiyattam, honoré par l’UNESCO en tant que “chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité“, est la plus ancienne forme de danse classique indienne. C’est la danse traditionnelle du théâtre sanskrit du Kerala. Les principaux dramaturges sanskrits qui ont consacré leur vie à cette forme d’art sont Bhasa, Kalidaas, Harsha et Saktibhadra. La tenue vestimentaire de l’artiste est vraiment attrayante et remarquable. Ils portent une barbe artificielle et des hanches énormes, et le maquillage est également très visible et tout le visage est peint.

La forme de danse la plus gracieuse de l’Inde est le Manipuri. Elle s’est développée dans l’État du nord-est de l’Inde, le Manipur, qui signifie “joyau de la terre“. Selon le folklore, les dieux ont vidé un lac pour en faire un lieu de danse et grâce à ce Manipuri, la danse est devenue une partie intégrante de la vie quotidienne ainsi que des occasions importantes comme les anniversaires, les mariages et les cérémonies sacrées. Les danseurs portent de longues jupes évasées avec de beaux ornements et le chef principal qui incarne le rôle du dieu Krishna porte une grande couronne de paon jouant de la flûte sur l’air duquel les belles filles dansent avec grâce. Une autre version de cet art est le Pung Cholam ou danse des tambours, où les danseurs dansent sur la mélodie des tambours ou pung avec des girations rapides en faisant des sauts palpitants.  

Odissi est originaire de l’Orissa, un État situé géographiquement au centre de l’Inde. Les deux facettes importantes de cette forme de danse sont l’Abhinaya, un mime stylisé impliquant des expressions faciales et des gestes des mains, et la Nritta ou danse non représentative, où des motifs ornementaux sont représentés en utilisant les mouvements du corps.

L’Inde est un pays riche en patrimoine et en culture. Outre la variété des arts du théâtre mentionnés ci-dessus, les autres sont le Chhau, le Kathakali, le Mohiniattam et le Satriya. Parallèlement à ces formes de danse, des instruments tels que la flûte, le Pakhawaj, le Sitar, le Santoor, le Sarangi, le Sarod, le Shehnai, le Tabla et le Vina ont été déployés pour atteindre de grands sommets de perfection.